Wiki Actu Francophone

juillet 28, 2010

Suisse : l\’UDC publie un tout-ménage contre les étrangers

Suisse : l’UDC publie un tout-ménage contre les étrangers

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

C’est Toni Brunner, président de l’UDC, qui a lancé cette nouvelle campagne.

28 juillet 2010. – L’Union démocratique du centre (UDC), le plus important parti politique de Suisse, a lancé mardi une consultation populaire dans l’ensemble du pays via un tout-ménage contenant un questionnaire portant sur les étrangers et la politique d’asile. Selon les instances dirigeantes du parti, cette consultation n’a « aucune visée électorale », ni aucun rapport avec l’initiative populaire portant sur le même sujet qui doit être voté cette année encore.

La brochure sera envoyée dès mercredi à l’ensemble des ménages de Suisse. Elle se compose d’un journal dans lequel l’UDC développe, « de manière ouverte et honnête », les causes de « la problématique de l’asile en Suisse » ainsi qu’un questionnaire, également disponible en ligne, qui sonde la population sur différentes idées telles que la naturalisation à l’essai ou la résiliation du droit de recours en matière de naturalisations. Selon Silvia Bär, secrétaire générale adjointe du parti, « les résultats de cette consultation, permettront de nous orienter sur de nouvelles pistes, voire de lancer une seconde initiative populaire ». Une communication semblable avait déjà été menée en 2007 pour récolter les 100 000 signatures nécessaires à l’initiative « pour le renvoi des étrangers criminels ».

La brochure développe comme thème central la surpopulation étrangère que connait la Suisse, en particulier suite à l’introduction des accords de libre-circulation avec l’Union européenne : selon les chiffres mis en avant, les étrangers représenteraient 34,3 % de la population ; cependant, ce pourcentage prend en compte les frontaliers, les requérants d’asile ainsi que les naturalisés de ces 25 dernières années. Elle s’étend également sur la progression de l’islam dans le pays, affirmant que le nombre de musulmans installés en Suisse est passé de 50 000 en 1980 à plus de 400 000 l’année passée.

Le coût de cette campagne publicitaire n’a pas été communiqué.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Droit en France : après la décristallisation des pensions, l\’égalité en matière de carte de combattant

Droit en France : après la décristallisation des pensions, l’égalité en matière de carte de combattant

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
thumbs

28 juillet 2010. – Le 23 juillet 2010, une nouvelle question prioritaire de constitutionnalité, pour être exacte la décision n° 2010-18 du 23 juillet 2010 vient de mettre fin à une autre inégalité en matière de traitement des anciens combattants des ex-colonies françaises : l’attribution de la carte de combattant conditionnée à la possession de la nationalité française.

La requête

Le requérant, M. Lahcène A. posait la question de « la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit du troisième alinéa de l’article L. 253 bis du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre ». Cet article[1] détaille les conditions d’attribution de la carte du combattant qui permet entre autre l’attribution d’une pension de retraite[2]. Son troisième alinéa détaille les conditions d’attribution de la carte de combattant pour les “membres des forces supplétives françaises” et énonce un critère de nationalité ou de résidence en France. Pour Serge Slama, il s’agissait d’une « disposition législative qui, depuis 1974, réservait la carte du combattant aux seuls “harkis” et “moghaznis” qui soit possédaient la nationalité française à la date de la présentation de leur demande soit étaient domiciliés en France à la même date »[3].

Les autres forces supplétives françaises n’étaient donc pas éligibles à la carte de combattant.

Cette différence de traitement (condition de domicile ou de nationalité) est rejetée par le Conseil constitutionnel. Il déclare cet alinéa inconstitutionnel en raison du respect du principe d’égalité. Et son communiqué de presse, en fait même une décision sans surprise[4].

Le contexte

Si cette décision est sans surprise, c’est que déjà le 28 mai 2010[5], le Conseil constitutionnel avait déclaré institutionnel la cristallisation des pensions, c’est-à-dire le gel des pensions de retraites des anciens combattants des ex-colonies françaises. Introduisant une différence croissante avec les pensionnés français qui eux, n’avaient pas une pension gelée. Cette décision n’en est donc que la suite logique.

Le Conseil constitutionnel accompagne donc le législateur et la société vers une plus grande reconnaissance envers les engagés de la France combattant sous une autre nationalité.

Mais aussi au niveau légal, il existe une longue tradition de récrimination de la différence de traitement. Pour un aperçu, lire l’article de combat pour les droits de l’homme[3].

Notes

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Droit en France de Wikinews Page « Droit en France » de Wikinews. L’actualité du droit français.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Droit en France : après la décristallisation des pensions, l’égalité en matière de carte de combattant

Filed under: Non classé — admin @ 5:00
thumbs

Sommaire

28 juillet 2010. – Le 23 juillet 2010, une nouvelle question prioritaire de constitutionnalité, pour être exacte la décision n° 2010-18 du 23 juillet 2010 vient de mettre fin à une autre inégalité en matière de traitement des anciens combattants des ex-colonies françaises : l’attribution de la carte de combattant conditionnée à la possession de la nationalité française.

La requête

Le requérant, M. Lahcène A. posait la question de « la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit du troisième alinéa de l’article L. 253 bis du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre ». Cet article[1] détaille les conditions d’attribution de la carte du combattant qui permet entre autre l’attribution d’une pension de retraite[2]. Son troisième alinéa détaille les conditions d’attribution de la carte de combattant pour les “membres des forces supplétives françaises” et énonce un critère de nationalité ou de résidence en France. Pour Serge Slama, il s’agissait d’une « disposition législative qui, depuis 1974, réservait la carte du combattant aux seuls “harkis” et “moghaznis” qui soit possédaient la nationalité française à la date de la présentation de leur demande soit étaient domiciliés en France à la même date »[3].

Les autres forces supplétives françaises n’étaient donc pas éligibles à la carte de combattant.

Cette différence de traitement (condition de domicile ou de nationalité) est rejetée par le Conseil constitutionnel. Il déclare cet alinéa inconstitutionnel en raison du respect du principe d’égalité. Et son communiqué de presse, en fait même une décision sans surprise[4].

Le contexte

Si cette décision est sans surprise, c’est que déjà le 28 mai 2010[5], le Conseil constitutionnel avait déclaré institutionnel la cristallisation des pensions, c’est-à-dire le gel des pensions de retraites des anciens combattants des ex-colonies françaises. Introduisant une différence croissante avec les pensionnés français qui eux, n’avaient pas une pension gelée. Cette décision n’en est donc que la suite logique.

Le Conseil constitutionnel accompagne donc le législateur et la société vers une plus grande reconnaissance envers les engagés de la France combattant sous une autre nationalité.

Mais aussi au niveau légal, il existe une longue tradition de récrimination de la différence de traitement. Pour un aperçu, lire l’article de combat pour les droits de l’homme[3].

Notes

Sources

Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Droit en France de Wikinews Page « Droit en France » de Wikinews. L’actualité du droit français.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Suisse : l’UDC publie un tout-ménage contre les étrangers

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

C’est Toni Brunner, président de l’UDC, qui a lancé cette nouvelle campagne.

28 juillet 2010. – L’Union démocratique du centre (UDC), le plus important parti politique de Suisse, a lancé mardi une consultation populaire dans l’ensemble du pays via un tout-ménage contenant un questionnaire portant sur les étrangers et la politique d’asile. Selon les instances dirigeantes du parti, cette consultation n’a « aucune visée électorale », ni aucun rapport avec l’initiative populaire portant sur le même sujet qui doit être voté cette année encore.

La brochure sera envoyée dès mercredi à l’ensemble des ménages de Suisse. Elle se compose d’un journal dans lequel l’UDC développe, « de manière ouverte et honnête », les causes de « la problématique de l’asile en Suisse » ainsi qu’un questionnaire, également disponible en ligne, qui sonde la population sur différentes idées telles que la naturalisation à l’essai ou la résiliation du droit de recours en matière de naturalisations. Selon Silvia Bär, secrétaire générale adjointe du parti, « les résultats de cette consultation, permettront de nous orienter sur de nouvelles pistes, voire de lancer une seconde initiative populaire ». Une communication semblable avait déjà été menée en 2007 pour récolter les 100 000 signatures nécessaires à l’initiative « pour le renvoi des étrangers criminels ».

La brochure développe comme thème central la surpopulation étrangère que connait la Suisse, en particulier suite à l’introduction des accords de libre-circulation avec l’Union européenne : selon les chiffres mis en avant, les étrangers représenteraient 34,3 % de la population ; cependant, ce pourcentage prend en compte les frontaliers, les requérants d’asile ainsi que les naturalisés de ces 25 dernières années. Elle s’étend également sur la progression de l’islam dans le pays, affirmant que le nombre de musulmans installés en Suisse est passé de 50 000 en 1980 à plus de 400 000 l’année passée.

Le coût de cette campagne publicitaire n’a pas été communiqué.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress