Wiki Actu Francophone

juillet 21, 2010

Page:Tchad

Filed under: Afrique centrale,Tchad — admin @ 5:00

Page:Tchad — Wikinews

Page:Tchad

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Tchad

WIKINEWS
Tchad

La source d’informations
que vous pouvez écrire

Actualiser la page Actualiser la page.

Ce dimanche 27 septembre 2015 à 17:21 (UTC),
Wikinews Tchad compte articles.

Tchad

Tchad Reload page.png

  • 18 juin 2015 : Tchad : la burqa interdite pour prévenir les attentats-suicides
  • 25 août 2014 : Nigeria : des otages du groupe islamiste Boko Haram libérés par l’armée tchadienne
  • 18 juillet 2011 : Brèves : 2 mai 2008
  • 21 juillet 2010 : Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international
  • 17 mars 2010 : Tchad : deuxième anniversaire du déploiement de la MINURCAT
  • 6 mars 2010 : Tchad : Emmanuel Nadingar nommé Premier ministre
  • 2 mars 2010 : Tchad : le mandat de la MINURCAT prolongé de deux mois
  • 21 janvier 2010 : Tchad : le gouvernement ne veut plus de la MINURCAT
  • 15 décembre 2009 : Afrique : déclin du lac Tchad
  • 18 mars 2009 : Tchad : un nouvel afflux de réfugiés soudanais probable


À la une

Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international

{{{Image text}}}

21 juillet 2010

Malgré un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI) depuis près de deux ans, Omar Hassan el-Bechir ou Omar al-Bachir, actuel président du Soudan, est arrivé au Tchad aujourd’hui. Accueilli en personne à sa descente d’avion par son homologue tchadien, Idriss Déby, le président Bachir doit séjourner jusqu’à vendredi à N’Djamena pour assister à un sommet des États sahélo-sahariens, qui se tient jeudi et vendredi, selon le programme officiel.
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite



Wikinews Tchad compte articles. La liste ci-dessous permet d’accéder au 200 articles les plus récents.
Pour les articles plus anciens, s’il en existe plus de 200, voir
  • 18 juin 2015 : Tchad : la burqa interdite pour prévenir les attentats-suicides
  • 25 août 2014 : Nigeria : des otages du groupe islamiste Boko Haram libérés par l’armée tchadienne
  • 18 juillet 2011 : Brèves : 2 mai 2008
  • 21 juillet 2010 : Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international
  • 17 mars 2010 : Tchad : deuxième anniversaire du déploiement de la MINURCAT
  • 6 mars 2010 : Tchad : Emmanuel Nadingar nommé Premier ministre
  • 2 mars 2010 : Tchad : le mandat de la MINURCAT prolongé de deux mois
  • 21 janvier 2010 : Tchad : le gouvernement ne veut plus de la MINURCAT
  • 15 décembre 2009 : Afrique : déclin du lac Tchad
  • 18 mars 2009 : Tchad : un nouvel afflux de réfugiés soudanais probable
  • 18 mars 2009 : L’ONU suspend les vols humanitaires dans 5 pays africains
  • 4 décembre 2008 : L’ancien président tchadien Hissène Habré attaque le Sénégal en justice
  • 30 septembre 2008 : Moscou enverra ses forces de paix au Tchad et en Centrafrique
  • 25 juillet 2008 : Le Sénégal à présent en mesure de juger l’ex-leader tchadien Hissène Habré
  • 11 mai 2008 : Attaqué par les rebelles, le Soudan rompt ses relations avec le Tchad
  • 2 avril 2008 : Affaire Arche de Zoé : les six membres de l’association désormais libres
  • 8 février 2008 : Affaire de l’Arche de Zoé : six demandes de grâce adressées au président Idriss Déby
  • 2 février 2008 : Les rebelles tchadiens ont pénétré dans Ndjamena
  • 27 décembre 2007 : Affaire de l’Arche de Zoé : la justice tchadienne a condamné les six français à huit ans de travaux forcés
  • 8 novembre 2007 : Le sentiment anti-français s’accentue au Tchad
  • 1 novembre 2007 : Neuf Français accusés de kidnapping au Tchad
  • 11 avril 2007 : Tchad : vers un renversement annoncé du pouvoir
  • 13 mars 2007 : Un rapport de l’ONU accuse le gouvernement soudanais d’avoir organisé des crimes au Darfour

Flux Atom (Tchad + Politique) Reload page.png

  • 18 juin 2015 : Tchad : la burqa interdite pour prévenir les attentats-suicides
  • 21 juillet 2010 : Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international
  • 17 mars 2010 : Tchad : deuxième anniversaire du déploiement de la MINURCAT
  • 6 mars 2010 : Tchad : Emmanuel Nadingar nommé Premier ministre
  • 2 mars 2010 : Tchad : le mandat de la MINURCAT prolongé de deux mois

Flux Atom (Tchad + Catastrophe) Reload page.png

Flux Atom (Tchad + Criminalité) Reload page.png

  • 1 novembre 2007 : Neuf Français accusés de kidnapping au Tchad

Flux Atom (Tchad + Nécrologie) Reload page.png

Flux Atom (Tchad + Insolite) Reload page.png

Flux Atom (Tchad + Économie) Reload page.png

  • 15 décembre 2009 : Afrique : déclin du lac Tchad

Flux Atom (Tchad + Science et technologie) Reload page.png

Flux Atom (Tchad + Culture) Reload page.png

Flux Atom (Tchad + Sport) Reload page.png

Accès à la page Tchad sur Wikipedia


Écrire un article

Merci de lire le guide de rédaction avant de commencer.
Vérifier aussi qu’aucun article similaire n’est en développement ; liste ci-dessous :


S’il en existe un, il est préférable de contribuer à cet article plutôt que d’en créer un autre sur le même sujet.

Créer un nouvel article :


Autour de Wikinews


Africa-countries-northern.png
Algérie · Égypte 1 · Libye · Maroc 3 ·  ·  4 · Soudan · Tunisie
LocationWesternAfrica.png
Bénin · Burkina Faso · Cap-Vert 2 · Côte d’Ivoire ·  · Ghana · Guinée · Guinée-Bissau · Liberia · Mali · Niger · Nigeria · Sénégal ·  ·

Africa-countries-central.png
Cameroun · République centrafricaine · République du Congo · République démocratique du Congo ·  ·  · São Tomé-et-Príncipe · Tchad
Africa-countries-eastern.png
Burundi · Djibouti · Érythrée · Éthiopie · Kenya · Ouganda ·  ·  2 · Somalie ·Soudan du Sud ·

Africa-countries-southern.png
Afrique du Sud ·  · Botswana ·  2 · Lesotho · Madagascar 2 ·  · Maurice 2 ·  ·  · Swaziland · Zambie · Autres entités politiques Açores 5 ·  5 ·Ceuta 5 · Îles Éparses 5 ·  5 · Mayotte 5 · Melilla 5 · La Réunion 5 · Sainte-Hélène 5 ·  4 · Somaliland 6

1 partiellement africain · 2 pays insulaire · 3 non membre de l’ · 4 non reconnu par l’ensemble de la communauté internationale mais membre de l’Union africaine · 5 territoire dépendant d’un pays non africain · 6 non reconnu par l’ensemble de la communauté internationale

Wikinews Afrique traite des pays suivants :

Afrique du Sud, Algérie, , Bénin, Burkina Faso, Botswana, Burundi, Cameroun, (Espagne), Cap-Vert, République centrafricaine, Ceuta (Espagne), , République du Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, , , Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, , Kenya, Lesotho, Liberia, Libye, Madagascar, , Mali, Maroc, Maurice, , Mayotte (France), Melilla (Espagne), , , Niger, Nigeria, Ouganda, La Réunion (France), , , São Tomé-et-Príncipe, Sénégal, , , Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, , Tchad, , Tunisie, Zambie, .

Sur les autres projets Wikimedia

Images
Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Images
Wikilivres
(Textes et manuels)
Portail
Wikipédia
(Encyclopédie libre)
Portail
Tchad
Wikivoyage
(Guide de voyage libre)
Tchad

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Suisse : forte hausse des exportations depuis le début de l\’année

Suisse : forte hausse des exportations depuis le début de l’année

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

C’est le secteur de l’horlogerie qui a connu la plus forte augmentation.

21 juillet 2010. – Malgré les craintes de l’industrie devant un franc fort, l’économie de la Suisse a connu un bon premier semestre d’année 2010 grâce à une forte augmentation des exportations, principalement dans les domaines de l’horlogerie et de la métallurgie. Les importations ont également augmenté pendant la même période mais dans une moindre mesure, augmentant ainsi la balance commerciale de la Suisse.

Alors que les exportations horlogères diminuaient de plus de 25 % l’année passée à la même époque, elles augmentent de 19,7 % cette année. Le secteur de la métallurgie voit, quand à lui, une hausse de 22,5 % de ses exportations alors que la progression moyenne oscille entre 4 % (dans l’industrie plastique et textile) et 10 % (pour la chimie) pour une augmentation totale de 8 2 % à 96 milliards de francs sur un an. Ce sont les marchés d’Asie et d’Amérique du Nord qui ont connu la plus forte augmentation.

Selon l’Administration fédérale des douanes qui publie ces chiffres mardi[1], ces résultats « n’arrivent pas encore à la cheville du niveau record de 2008 ».

Du côté des importations, le redressement qui a débuté il y a environ une année s’est confirmé au premier semestre 2010 avec une augmentation de 7,7 % pour un total de 86,1 milliards de francs. Ce sont les importations de matières premières et de demi-produits qui ont connu la plus importante augmentation.

La cherté du franc suisse, en particulier face à l’euro, n’a donc pas eu d’influence négative sur la balance commerciale suisse. Cette situation s’explique en partie, selon un économiste, par le décalage temporel, parfois de plusieurs mois, entre les commandes et leur livraison. De plus, le franc fort permet aux industriels suisses de se procurer des matières premières à plus faible prix, diminuant d’autant leurs coûts de production.

Références et notes

  1. * Communiqué de presse : ((fr)) « 1er semestre 2010 : retour aux affaires ». Chancellerie fédérale (Suisse), 20 juillet 2010.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Nicolas Sarkozy pour une convergence fiscale entre la France et l\’Allemagne

Nicolas Sarkozy pour une convergence fiscale entre la France et l’Allemagne

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

L’entrée du palais de l’Élysée où le président et le Gouvernement se réunissent chaque mercredi matin pour le Conseil des ministres

21 juillet 2010. – Un Conseil des ministres un peu particulier a eu lieu ce mercredi. En effet, pour la première fois de son histoire sous la Ve République, un ministre étranger, le ministre allemand de l’Économie et des Finances Wolfgang Schäuble était présent, de la même façon que Christine Lagarde, son homologue français, était à Berlin fin mars.

Le président français a donc saisi l’occasion de militer pour une « nécessaire convergence fiscale, tant dans le domaine de la fiscalité des entreprises que dans celui de la fiscalité des particuliers », élément selon lui « essentiel » à « l’approfondissement du marché intérieur en Europe ». Ainsi, Nicolas Sarkozy a proposé la réalisation d’un état des lieux comparatifs des deux systèmes fiscaux par la Cour des comptes en France et par un organisme similaire en Allemagne, rappelant que le niveau des prélèvements obligatoires était de 42,8 % du PIB[1] en 2008 dans le pays et de 39,5 % de l’autre côté du Rhin, et que ces chiffres recouvraient aujourd’hui des « réalités différentes ». Le rapprochement franco-allemand en matière de fiscalité ressemble fort, côté français, à une volonté d’aligner le système fiscal sur le modèle allemand.

« Nous sommes ensemble particulièrement conscients de nos responsabilités. Il ne peut y avoir de divergences entre la France et l’Allemagne », a également affirmé le chef de l’État alors que les relations franco-allemandes ont connus de nombreux froids ces dernières semaines. La difficile mise en place du plan de soutien à l’euro a été perçue en Allemagne comme un coup de force français, alors qu’à Paris et dans de nombreux pays européens, les reports allemands sur la réponse à donner à la crise grecque avaient profondément irrité.

Notes

Voir aussi

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Pages
  • Page France de Wikinews « France »
  • Page Allemagne de Wikinews « Allemagne »
  • Page Économie et affaires de Wikinews « Économie et affaires »
  • de Wikinews. Créer un article

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d\’arrêt international

Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Omar el-Béchir

21 juillet 2010. – Malgré un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI) depuis près de deux ans, Omar Hassan el-Bechir ou Omar al-Bachir, actuel président du Soudan, est arrivé au Tchad aujourd’hui. Accueilli en personne à sa descente d’avion par son homologue tchadien, Idriss Déby, le président Bachir doit séjourner jusqu’à vendredi à N’Djamena pour assister à un sommet des États sahélo-sahariens, qui se tient jeudi et vendredi, selon le programme officiel.

Khartoum a signé mais pas ratifié le traité constitutif de la Cour signé en 2002 à Rome, alors que le Tchad s’est soumis en 2007 à la juridiction de ce premier tribunal pénal international permanent qui siège à La Haye. Pourtant, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité tchadien, Ahmad Mahamat Bachir, interrogé par Reuters, a déclaré que Bachir ne serait pas arrêté par les autorités tchadiennes. « Nous ne sommes pas obligés d’arrêter Omar Hassan al Bachir […]. Il est venu pour le sommet [des pays sahélo-sahariens] et il repartira sain et sauf. Le Tchad est un État souverain et indépendant. […] Nous ne dépendons pas des injonctions des organisations internationales », a-t-il également déclaré.

Aux Pays-Bas, un porte-parole de la CPI a affirmé que les autorités de N’Djamena étaient légalement tenues d’arrêter Bachir car « le Tchad et tous les États membres doivent appliquer les décisions des juges et coopérer à une demande d’arrestation ». L’ONG Human Rights Watch a, quant à elle, un peu auparavant, incité le Tchad soit à refouler le président soudanais, soit à l’arrêter pour le livrer à la CPI, faute de quoi il se « distinguerait en étant le premier État partie prenante à la CPI à protéger de la cour un criminel de guerre présumé ». Ce dernier est accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide dans le cadre de la guerre civile au Darfour.

Le problème se situe au niveau des pouvoir de la CPI, qui ne dispose pas de police ad hoc pour faire exécuter ses décisions et ne peut compter que sur la coopération des États qui reconnaissent sa juridiction. Le Tchad est donc placé dans une situation inédite, Bachir ne s’étant déplacé jusqu’à présent que dans des pays hors du champ juridictionnel de la CPI.

Poursuites judiciaires

Le 14 juillet 2008, le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo, demande aux juges de la CPI d’émettre un mandat d’arrêt à charge d’Omar el-Béchir parce qu’il aurait commis des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre au Darfour[1]. Cette demande a été critiquée par certains : le procureur est accusé de s’occuper plus de politique que de droit international et de ne pas prendre en compte la situation politique locale, tandis que l’accusation de génocide est qualifiée de « rhétorique militante » irréaliste[2].

Le 4 mars 2009, la CPI émet un mandat d’arrêt international à l’encontre d’Omar el-Béchir, accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre[3]. Puis, le 12 juillet 2010, après appel du procureur de la CPI, un second mandat d’arrêt international est prononcé à son encontre, cette fois pour génocide[4]. Bechir devient le premier chef d’État en exercice à être sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Amélioration des relations entre les deux pays

Après cinq ans de guerre par groupes rebelles interposés, le Tchad et le Soudan ont entrepris de normaliser leurs relations et ont signé, mi-janvier à N’Djamena, un accord assorti d’un « protocole de sécurisation des frontières ». Peu après son arrivée à l’aéroport vers 16 h 30 (UTC+1), Omar el-Béchir a d’ailleurs déclaré aux journalistes que sa « présence à N’Djamena témoigne de notre volonté de tourner la page après les différends qui ont opposé nos deux pays ». « Nous sommes dans une nouvelle phase de l’histoire de nos deux pays, dans l’intérêt de nos deux peuples », a également dit le président soudanais, effectuant sa première visite depuis 2009. Le Tchad s’aligne sur la position de l’Union africaine (UA), qui a décidé de ne pas coopérer avec la CPI après l’émission du premier mandat d’arrêt en mars 2009, notamment dans la gestion de la crise du Darfour. « Nous sommes attachés à la position de l’Union africaine. […] Tout le monde travaille pour la résolution de la crise du Darfour », selon le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat, ajoutant : « La priorité pour nous, c’est la paix au Soudan ».

Notes

Sources

Voir sur Wikipédia l’article
Omar el-Béchir.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L’actualité africaine dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Page:Tchad/Article principal

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

Page:Tchad/Article principal — Wikinews

Page:Tchad/Article principal

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international

{{{Image text}}}

21 juillet 2010

Malgré un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI) depuis près de deux ans, Omar Hassan el-Bechir ou Omar al-Bachir, actuel président du Soudan, est arrivé au Tchad aujourd’hui. Accueilli en personne à sa descente d’avion par son homologue tchadien, Idriss Déby, le président Bachir doit séjourner jusqu’à vendredi à N’Djamena pour assister à un sommet des États sahélo-sahariens, qui se tient jeudi et vendredi, selon le programme officiel.
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite


This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Le président soudanais Bachir arrive au Tchad malgré un mandat d’arrêt international

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

Omar el-Béchir

21 juillet 2010. – Malgré un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI) depuis près de deux ans, Omar Hassan el-Bechir ou Omar al-Bachir, actuel président du Soudan, est arrivé au Tchad aujourd’hui. Accueilli en personne à sa descente d’avion par son homologue tchadien, Idriss Déby, le président Bachir doit séjourner jusqu’à vendredi à N’Djamena pour assister à un sommet des États sahélo-sahariens, qui se tient jeudi et vendredi, selon le programme officiel.

Khartoum a signé mais pas ratifié le traité constitutif de la Cour signé en 2002 à Rome, alors que le Tchad s’est soumis en 2007 à la juridiction de ce premier tribunal pénal international permanent qui siège à La Haye. Pourtant, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité tchadien, Ahmad Mahamat Bachir, interrogé par Reuters, a déclaré que Bachir ne serait pas arrêté par les autorités tchadiennes. « Nous ne sommes pas obligés d’arrêter Omar Hassan al Bachir […]. Il est venu pour le sommet [des pays sahélo-sahariens] et il repartira sain et sauf. Le Tchad est un État souverain et indépendant. […] Nous ne dépendons pas des injonctions des organisations internationales », a-t-il également déclaré.

Aux Pays-Bas, un porte-parole de la CPI a affirmé que les autorités de N’Djamena étaient légalement tenues d’arrêter Bachir car « le Tchad et tous les États membres doivent appliquer les décisions des juges et coopérer à une demande d’arrestation ». L’ONG Human Rights Watch a, quant à elle, un peu auparavant, incité le Tchad soit à refouler le président soudanais, soit à l’arrêter pour le livrer à la CPI, faute de quoi il se « distinguerait en étant le premier État partie prenante à la CPI à protéger de la cour un criminel de guerre présumé ». Ce dernier est accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide dans le cadre de la guerre civile au Darfour.

Le problème se situe au niveau des pouvoir de la CPI, qui ne dispose pas de police ad hoc pour faire exécuter ses décisions et ne peut compter que sur la coopération des États qui reconnaissent sa juridiction. Le Tchad est donc placé dans une situation inédite, Bachir ne s’étant déplacé jusqu’à présent que dans des pays hors du champ juridictionnel de la CPI.

Poursuites judiciaires

Le 14 juillet 2008, le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo, demande aux juges de la CPI d’émettre un mandat d’arrêt à charge d’Omar el-Béchir parce qu’il aurait commis des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre au Darfour[1]. Cette demande a été critiquée par certains : le procureur est accusé de s’occuper plus de politique que de droit international et de ne pas prendre en compte la situation politique locale, tandis que l’accusation de génocide est qualifiée de « rhétorique militante » irréaliste[2].

Le 4 mars 2009, la CPI émet un mandat d’arrêt international à l’encontre d’Omar el-Béchir, accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre[3]. Puis, le 12 juillet 2010, après appel du procureur de la CPI, un second mandat d’arrêt international est prononcé à son encontre, cette fois pour génocide[4]. Bechir devient le premier chef d’État en exercice à être sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Amélioration des relations entre les deux pays

Après cinq ans de guerre par groupes rebelles interposés, le Tchad et le Soudan ont entrepris de normaliser leurs relations et ont signé, mi-janvier à N’Djamena, un accord assorti d’un « protocole de sécurisation des frontières ». Peu après son arrivée à l’aéroport vers 16 h 30 (UTC+1), Omar el-Béchir a d’ailleurs déclaré aux journalistes que sa « présence à N’Djamena témoigne de notre volonté de tourner la page après les différends qui ont opposé nos deux pays ». « Nous sommes dans une nouvelle phase de l’histoire de nos deux pays, dans l’intérêt de nos deux peuples », a également dit le président soudanais, effectuant sa première visite depuis 2009. Le Tchad s’aligne sur la position de l’Union africaine (UA), qui a décidé de ne pas coopérer avec la CPI après l’émission du premier mandat d’arrêt en mars 2009, notamment dans la gestion de la crise du Darfour. « Nous sommes attachés à la position de l’Union africaine. […] Tout le monde travaille pour la résolution de la crise du Darfour », selon le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat, ajoutant : « La priorité pour nous, c’est la paix au Soudan ».

Notes

Sources

Voir sur Wikipédia l’article
Omar el-Béchir.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L’actualité africaine dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Nicolas Sarkozy pour une convergence fiscale entre la France et l’Allemagne

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

L’entrée du palais de l’Élysée où le président et le Gouvernement se réunissent chaque mercredi matin pour le Conseil des ministres

21 juillet 2010. – Un Conseil des ministres un peu particulier a eu lieu ce mercredi. En effet, pour la première fois de son histoire sous la Ve République, un ministre étranger, le ministre allemand de l’Économie et des Finances Wolfgang Schäuble était présent, de la même façon que Christine Lagarde, son homologue français, était à Berlin fin mars.

Le président français a donc saisi l’occasion de militer pour une « nécessaire convergence fiscale, tant dans le domaine de la fiscalité des entreprises que dans celui de la fiscalité des particuliers », élément selon lui « essentiel » à « l’approfondissement du marché intérieur en Europe ». Ainsi, Nicolas Sarkozy a proposé la réalisation d’un état des lieux comparatifs des deux systèmes fiscaux par la Cour des comptes en France et par un organisme similaire en Allemagne, rappelant que le niveau des prélèvements obligatoires était de 42,8 % du PIB[1] en 2008 dans le pays et de 39,5 % de l’autre côté du Rhin, et que ces chiffres recouvraient aujourd’hui des « réalités différentes ». Le rapprochement franco-allemand en matière de fiscalité ressemble fort, côté français, à une volonté d’aligner le système fiscal sur le modèle allemand.

« Nous sommes ensemble particulièrement conscients de nos responsabilités. Il ne peut y avoir de divergences entre la France et l’Allemagne », a également affirmé le chef de l’État alors que les relations franco-allemandes ont connus de nombreux froids ces dernières semaines. La difficile mise en place du plan de soutien à l’euro a été perçue en Allemagne comme un coup de force français, alors qu’à Paris et dans de nombreux pays européens, les reports allemands sur la réponse à donner à la crise grecque avaient profondément irrité.

Notes

Voir aussi

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Pages
  • Page France de Wikinews « France »
  • Page Allemagne de Wikinews « Allemagne »
  • Page Économie et affaires de Wikinews « Économie et affaires »
  • de Wikinews.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Suisse : forte hausse des exportations depuis le début de l’année

C’est le secteur de l’horlogerie qui a connu la plus forte augmentation.

21 juillet 2010. – Malgré les craintes de l’industrie devant un franc fort, l’économie de la Suisse a connu un bon premier semestre d’année 2010 grâce à une forte augmentation des exportations, principalement dans les domaines de l’horlogerie et de la métalurgie. Les importations ont également augmenté pendant la même période mais dans une moindre mesure, augmentant ainsi la balance commerciale de la Suisse.

Alors que les exportations horlogères diminuaient de plus de 25 % l’année passée à la même époque, elles augmentent de 19,7 % cette année. Le secteur de la métallurgie voit, quand à lui, une hausse de 22,5 % de ses exportations alors que la progression moyenne oscille entre 4 % (dans l’industrie plastique et textile) et 10 % (pour la chimie) pour une augmentation totale de 8 2 % à 96 milliards de francs sur un an. Ce sont les marchés d’Asie et d’Amérique du Nord qui ont connu la plus forte augmentation.

Selon l’Administration fédérale des douanes qui publie ces chiffres mardi[1], ces résultats « n’arrivent pas encore à la cheville du niveau record de 2008 ».

Du côté des importations, le redressement qui à débuté il y a environ une année s’est confirmé au premier semestre 2010 avec une augmentation de 7,7 % pour un total de 86 1 milliards de francs. Ce sont les importations de matières premières et de demi-produits qui ont connu la plus importante augmentation.

La chèreté du franc suisse, en particulier face à l’euro, n’a donc pas eu d’influance négative sur la balance commerciale suisse. Cette situation s’explique en partie, selon un économiste, par le décalage temporel, parfois de plusieurs mois, entre les commandes et leur livraison. De plus, le franc fort permet aux industriels suisses de se procurer des matières premières à plus faible prix, diminuant d’autant leurs coûts de production.

Références et notes

  1. * Communiqué de presse : ((fr)) « 1er semestre 2010 : retour aux affaires ». Chancellerie fédérale (Suisse), 20 juillet 2010.

Sources


  • Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress