Wiki Actu Francophone

juillet 16, 2010

Québec : déjà 52 noyades depuis le début de l\’année

Filed under: Article archivé,Québec — admin @ 5:00

Québec : déjà 52 noyades depuis le début de l’année

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

La Société de sauvetage recommande la prudence et le port du gilet de sauvetage

16 juillet 2010. – Hier, un adolescent s’est noyé dans la rivière Yamaska, à Lac-Brome (Estrie) dans un remous, aux alentours de 15 h, alors qu’il nageait avec deux autres amis de son âge, portant à 52 le nombre de noyades recensées depuis le début de l’année au Québec. Une jeune fille de 17 mois est toujours dans un état critique, après qu’elle eut été retrouvée dans la piscine de sa résidence, à Montréal. « Portez un gilet de sauvetage, restez sobre et gardez l’œil sur vos enfants », a annoncé la Société de sauvetage.

Selon la Société de sauvetage, le nombre de noyade a augmenté de 40 % par rapport à l’année passée. « Techniquement, c’est la période de l’année où nous allons enregistrer le plus de noyades en une semaine », a déclaré M. Hawkins. Le beau temps risque, de plus, inciter à la baignade. Dans 7 cas sur 10, les victimes ne portaient pas de gilet de sauvetage, ou le portaient mal ; l’alcool est la cause du tiers des noyades, selon M. Hawkins.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Maroc : les autorités expulsent des chrétiens pour prosélytisme

Maroc : les autorités expulsent des chrétiens pour prosélytisme

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

16 juillet 2010. – Le Maroc aurait franchi un nouveau pas dans la chasse aux chrétiens et l’épuration religieuse en cours. Cette fois la police séparerait des couples binationaux, chassant des épouses étrangères de Marocains alors qu’elles étaient en situation régulière. C’est ce que vient de dénoncer l’association Portes Ouvertes

Durant le premier week-end de juillet, huit chrétiens étrangers aurait été expulsés du Maroc, portant à 130 le nombre de personnes déportées depuis le début de l’année, dont plusieurs familles françaises. Une Espagnole et une Libanaise, toutes deux mariées à un Marocain, auraient partie de cette troisième vague de renvois.

La chrétienne libanaise, à qui on avait diagnostiqué un cancer le mois dernier, est maman d’une fillette de six ans. Elle a été forcée à laisser sur place. Les autorités marocaines se serait montrées inflexibles.

Expulsés du jour au lendemain

Plusieurs faits identiques ressortent des interviews réalisées auprès des chrétiens étrangers expulsés. La veille du week-end, des policiers en civils convoquent ces étrangers oralement au poste de police. Devant s’y rendre dès le lendemain matin, il auraient été contraints à signer des « aveux », en arabe, dont ils ne recevraient aucune copie, explique Portes Ouvertes.

Les expulsés ne peuvent emporter qu’un minimum d’effets personnels, perdant le fruit de plusieurs années de labeur. Plusieurs sont entrepreneurs et fournissaient un emploi à de nombreux Marocains. Leurs noms sont communiquées à leurs ambassades respectives en indiquant le motif invoqué : le prosélytisme et ébranlement de la foi des musulmans.

Légalité douteuse de la procédure

L’un des griefs invoqué par l’association, est tirée de l’empêchement de ces personne à contacter leur ambassade, un avocat ou ester en justice. L’expulsion, sous 48 heures, s’opère selon la procédure de « danger imminent » pour la sécurité nationale. Or, selon la loi marocaine, une personne ayant résidé plus de dix ans au Maroc [1] ne peut être expulsée du territoire, de même que le conjoint d’un citoyen marocain. Pour ceux disposant d’une carte de séjour, en cas de révocation par l’autorité compétente, la loi prévoit qu’ils puissent faire appel dans les 15 jours auprès du tribunal.

Espionnés par la police

À la question : « Avez-vous fait du prosélytisme ? », les réponses des chrétiens expulsés varient. Certains admettent avoir donné une bible de temps à autre à des personnes qui la leur demandaient. D’autres discutaient volontiers chez eux ou dans un lieu public lorsqu’on leur posait des questions sur ce que croit un chrétien. Mme B., expulsée le mois dernier, précise: « Avant 2006 il régnait encore un vent de liberté au Maroc. Mais depuis, nous avons appris comment nous étions surveillés. Ils sont même capables de pirater les téléphones portables et de les convertir en micro-espions. Nous ne pouvions plus faire confiance à personne. » Et son mari de surenchérir. « Nous avons même découvert par hasard, qu’à chaque fois qu’on m’appelait sur mon mobile, le chef de la police décrochait le sien et écoutait mes conversations. »

« Nous n’avons rien fait d’illégal »

Frédéric[2]* qui habite désormais en France, se défend d’avoir fait du prosélytisme au Maroc. « « Nous n’avons jamais essayé de convaincre qui que ce soit de devenir chrétien, ou que notre foi serait meilleure que la sienne. Nous n’avons jamais essayé de tromper ou de séduire des Marocains. Mais vous comprenez, le discours officiel à destination des Marocains est : Il y a une seule religion qui pratique le bien, l’islam, et vous devez la suivre. Dans le même temps, tout le monde nous voit pratiquer le bien et nous ne cachons pas le fait que nous sommes chrétiens. Cela revient à démontrer que les autorités ont menti, qu’il existe plusieurs voies possibles pour pratiquer le bien. Dans ce sens je peux comprendre que nous soyons une menace pour la crédibilité du gouvernement marocain, mais encore une fois, sans avoir jamais rien fait d’illégal ni de sournois » a-t-il expliqué.

Notes

Sources

  • Page Maroc de Wikinews Page « Maroc » de Wikinews. L’actualité marocaine dans le monde.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

France : une manifestation de pompiers dégènere à Nice

France : une manifestation de pompiers dégénère à Nice

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

La place Masséna à Nice

16 juillet 2010. – Symboliquement en grève depuis la mi-juin pour protester contre la réforme des retraites qui ne prend pas en compte, selon eux, la pénibilité de leur travail, les pompiers de Nice ont aujourd’hui manifesté dans la ville et des incidents ont eu lieu à côté de la place Masséna, la grande place centrale de Nice. Au total, cinq d’entre eux ont été interpellés, dont le président de la Fédération autonome des sapeurs-pompiers, André Goretti. Deux pompiers et trois policiers ont été blessés. L’un des pompiers blessés a été hospitalisé et sur les quatre policiers blessés, l’un d’eux sévèrement touché a été arrêté pour une durée de trois mois au moins, pour une épaule brisée. Le préfet des Alpes-Maritimes Francis Lamy a indiqué qu’il s’agissait d’une « manifestation non déclarée en préfecture donc interdite ».

Selon des pompiers qui se trouvaient encore sur la place après les incidents, les policiers ont chargé violemment les manifestants, au nombre d’environ 200, sans avoir été provoqués. « On courait sur l’esplanade pour les rendre un peu chèvre[1] quand ils ont chargé à coups de matraques », a déclaré à l’AFP l’un des pompiers protestataires, l’adjudant-chef Gilles Morin. « Nous n’avions ni nos tenues de feu ni nos casques, preuve que nos intentions n’étaient pas belliqueuses », a ajouté l’officier. La version de la préfecture est cependant différente, selon elle, les pompiers ont essayé de franchir, à coups de pieds et de poings, un cordon de police précisant que « ce sont eux qui ont chargé les policiers et ceux-ci se sont défendus ».

Le maire UMP de Nice Christian Estrosi, après avoir rappelé que la manifestation n’était pas déclarée, et donc illégale, a jugé le comportement des pompiers « inacceptable » : « Je trouve inacceptable qu’une petite poignée d’irresponsables se permettent, par leur comportement, d’entacher l’image de toute une corporation dont on connaît le sens du service public », a-t-il déclaré. Il a également fait savoir que les caméras de vidéo-surveillance qui quadrillent l’ensemble de la ville avaient tout enregistré de la manifestation. « Elles montrent clairement […] les brutalités commises contre les policiers et les frayeurs causées à la population par une minorité de pompiers », a-t-il expliqué. De son côté, Patrick Allemand, chef départemental du PS, a estimé que ces incidents illustraient la « nervosité croissante » du gouvernement sur le dossier des retraites : « Qu’en sera-t-il le 7 septembre lors de la grande journée nationale d’action ? », s’est-il interrogé. Le président UMP du conseil général, également président du SDIS[2], Eric Ciotti, a, quant à lui, condamné « la violence d’une toute petite minorité ».

Notes

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Tour de France 2010 : Joaquim Rodríguez décroche la 12e étape

Tour de France 2010 : Joaquim Rodríguez décroche la 12e étape

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 2010 map-fr.svg
Les cinq derniers articles

Interprojet
  • Wikipédia
  • Wikimedia Commons
avant 2009
2011 après

Joaquim Rodríguez, vainqueur de l’étape, au départ de la 1re étape à Rotterdam

16 juillet 2010. – La 12e étape du Tour de France 2010, tracée sur 210,5 kilomètres d’un parcours vallonné entre Bourg-de-Péage, en Rhône-Alpes, et la montée Laurent Jalabert de Mende, en Languedoc-Roussillon, a vu la victoire de l’Espagnol Joaquim Rodríguez devant son compatriote Alberto Contador et le Kazakh Alexandre Vinokourov. Le Luxembourgeois Andy Schleck conserve le maillot jaune de leader du classement général sur ses épaules.

Classements

Étape

1. Espagne Espagne Joaquim Rodríguez Team Katusha en 4h 58min 26s
2. Espagne Espagne Alberto Contador Astana + 0s
3. Flag of Kazakhstan.svg Kazakhstan Alexandre Vinokourov Astana 4s
4. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Jurgen Van den Broeck Omega Pharma-Lotto 10s
5. Flag of Luxembourg.svg Luxembourg Andy Schleck Team Saxo Bank m.t.
6. Espagne Espagne Samuel Sánchez Euskaltel-Euskadi m.t.
7. Flag of Germany.svg Allemagne Andreas Klöden Team RadioShack m.t.
8. Flag of Russia.svg Russie Denis Menchov Rabobank m.t.
9. Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas Robert Gesink Rabobank 15s
10. Flag of the Czech Republic.svg République tchèque Roman Kreuziger Liquigas-Doimo m.t.

Général

1. Flag of Luxembourg.svg Luxembourg Andy Schleck Team Saxo Bank en 58h 42min 1s
2. Espagne Espagne Alberto Contador Astana + 31s
3. Espagne Espagne Samuel Sánchez Euskaltel-Euskadi 2min 45s
4. Flag of Russia.svg Russie Denis Menchov Rabobank 2min 58s
5. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Jurgen Van den Broeck Omega Pharma-Lotto 3min 31s
6. Flag of the United States.svg États-Unis Levi Leipheimer Team RadioShack 4min 6s
7. Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas Robert Gesink Rabobank 4min 27s
8. Espagne Espagne Joaquim Rodríguez Team Katusha 4min 58s
9. Espagne Espagne Luis León Sánchez Caisse d’Épargne 5min 2s
10. Flag of the Czech Republic.svg République tchèque Roman Kreuziger Liquigas-Doimo 5min 16s

Sources

Voir sur Wikipédia l’article
12e étape du Tour de France 2010.
Sources francophones
Sources anglophones


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Tour de France 2010 : X décroche la 12e étape

Cet article n'est pas fini

Cet article n’est pas fini. L’utilisateur Vyk travaille actuellement sur sa rédaction. Veuillez considérer le plan et le contenu comme incomplets et en préparation, temporaires et sujets à caution. Si vous souhaitez participer, il vous est recommandé de consulter sa page de discussion au préalable.

Tour de France 2010
Tour de France 2010 map-fr.svg
Les cinq derniers articles
Interprojet
  • Wikimedia Commons

16 juillet 2010. – La 12e étape du Tour de France 2010, tracée sur 210,5 kilomètres d’un parcours vallonné entre Bourg-de-Péage, en Rhône-Alpes, et la montée Laurent Jalabert de Mende, en Languedoc-Roussillon, a vu la victoire du w: w: devant le w: w: et le w: w:.

Sommaire

Classements

Étape

1. {{}} w: {{subst:}} en
2. {{}} w: {{subst:}} +
3. {{}} w: {{subst:}}
4. {{}} w: {{subst:}}
5. {{}} w: {{subst:}}
6. {{}} w: {{subst:}}
7. {{}} w: {{subst:}}
8. {{}} w: {{subst:}}
9. {{}} w: {{subst:}}
10. {{}} w: {{subst:}}

Général

1. {{}} w: {{subst:}} en
2. {{}} w: {{subst:}} +
3. {{}} w: {{subst:}}
4. {{}} w: {{subst:}}
5. {{}} w: {{subst:}}
6. {{}} w: {{subst:}}
7. {{}} w: {{subst:}}
8. {{}} w: {{subst:}}
9. {{}} w: {{subst:}}
10. {{}} w: {{subst:}}

Sources

Sources francophones
  • ((fr))[ «  »]. Letour.fr16 juillet 2010.
  • ((fr))[ «  »]. RTBF.be16 juillet 2010.
Sources anglophones
  • ((en))[ «  »]. Cyclingnews16 juillet 2010.
Cet article est en développement. Si vous considérez qu’il est fini, changez {{Développement}} en {{Publication}}.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Québec : déjà 52 noyades depuis le début de l’année

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

La Société de sauvetage recommande la prudence et le port du gilet de sauvetage

16 juillet 2010. – Hier, un adolescent s’est noyé dans la rivière Yamaska, à Lac-Brome (Estrie) dans un remous, aux alentours de 15 h, alors qu’il nageait avec deux autres amis de son âge, portant à 52 le nombre de noyades recensées depuis le début de l’année au Québec. Une jeune fille de 17 mois est toujours dans un état critique, après qu’elle ait été retrouvée dans la piscine de sa résidence, à Montréal. « Portez un gilet de sauvetage, restez sobre et gardez l’œil sur vos enfants », a annoncé la Société de sauvetage.

Selon la Société de sauvetage, le nombre de noyade a augmenté de 40 % par rapport à l’année passée. « Techniquement, c’est la période de l’année où nous allons enregistrer le plus de noyades en une semaine », a déclaré M. Hawkins. Le beau temps risque, de plus, inciter à la baignade. Dans 7 cas sur 10, les victimes ne portaient pas de gilet de sauvetage, ou le portaient mal ; l’alcool est la cause du tiers des noyades, selon M. Hawkins.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page
  • Page Québec de Wikinews « Québec »
  • de Wikinews.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Suisse : les étrangers seront davantage contrôlés avant de pouvoir acheter une maison

Suisse : les étrangers seront davantage contrôlés avant de pouvoir acheter une maison

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Le village de Gstaad où Roman Polanski possède son châlet.

16 juillet 2010. – La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf souhaite modifier la législation suisse afin d’assurer qu’un étranger désirant acheter une maison sur le territoire national ne soit pas recherchée au niveau international. Cette proposition fait suite à l’affaire Roman Polanski qui s’est terminée il y a quelques jours par la libération du réalisateur.

Actuellement l’administration fédérale, et en particulier le Département de la Justice doit accorder une dérogation lorsqu’une personne vivant à l’étranger désire acheter un bien foncier en Suisse, ce qui est interdit par la loi. Or, lors d’une telle demande de dérogation, aucun contrôle visant à savoir si le requérant est recherché n’est effectué. C’est cette loi que la conseillère fédérale désire changer, les détails de cette modification devant encore être étudiés selon une communication faite par son porte-parole qui confirmait ainsi une information parue dans un quotidien suisse-allemand.

Le cinéaste Roman Polanski a ainsi pu acheter, en 2006, un châlet à Gstaad alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Par la suite, lors de son arrestation, la possession de ce châlet avait été utilisée comme argument contre son extradition aux États-Unis selon le principe de bonne foi : il ne pouvait en effet, selon l’interprétation de la loi faite par Eveline Widmer-Schlumpf, s’attendre à être arrêté en Suisse alors même que les autorités fédérales l’avaient autorisé à acheter ce bien immobilier.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress