Wiki Actu Francophone

mars 24, 2010

Belgique : un détenu évadé de la prison d\’Ittre arrêté à Metz

Belgique : un détenu évadé de la prison d’Ittre arrêté à Metz

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Localisation de la Belgique

La prison de Saint-Gilles (Bruxelles), en mars 2008

24 mars 2010. – Ahmed El Yaagoubi, évadé de la prison d’Ittre, dans la province du Brabant wallon, en Belgique, le 15 mars 2009, a été arrêté à Metz, dans le département de la Moselle, en France.

À l’époque, El Yaagoubi avait menacé trois gardiens à l’aide de couteaux de cuisine en compagnie de deux autres détenus, Mustapha Lanachi et Hassan Zaïd, avant de prendre la fuite en tentant un car-jacking sur un véhicule, pour finalement s’enfuir à pied. Si ce dernier avait été rapidement rattrapé dans un bois à proximité de l’établissement, le premier est actuellement toujours en cavale.

Le 13 février dernier, Ahmed El Yaagoubi a été arrêté par la police française à Metz, mais l’information n’a été révélée qu’aujourd’hui par le parquet de Nivelles. Outre le fait que les autorités belges avaient transmis des renseignements à leurs homologues de l’Hexagone, le fugitif employait un autre nom et a commis des délits sur le sol français.

Selon l’agence Belga, l’accusé pourrait être extradé vers la Belgique après avoir comparu devant la justice française et purgé sa peine.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Belgique : un détenu évadé de la prison d’Ittre arrêté à Metz

Localisation de la Belgique

[[Fichier:]]

Cet article n'est pas fini

Cet article n’est pas fini. L’utilisateur Vyk travaille actuellement sur sa rédaction. Veuillez considérer le plan et le contenu comme incomplets et en préparation, temporaires et sujets à caution. Si vous souhaitez participer, il vous est recommandé de consulter sa page de discussion au préalable.

24 mars 2010. – Ahmed El Yaagoubi, évadé de la prison d’Ittre, dans la province du Brabant wallon, en Belgique, le 15 mars 2009, a été arrêté à Metz, dans le département de la Moselle, en France.

À l’époque, El Yaagoubi avait pris la fuite en compagnie de deux autres détenus, Hassan Zaïd et Mustapha Lanachi,

Sources

Cet article est en développement. Si vous considérez qu’il est fini, changez {{Développement}} en {{Publication}}.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

France : vers un enterrement de première classe de la taxe carbone

France : vers un enterrement de première classe de la taxe carbone

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

24 mars 2010. – Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé l’abandon de la taxe carbone[1]. Le chef de l’État en appelle à « une prise de responsabilité générale » au sein de l’Europe. « Le dumping environnemental menace nos emplois. Il serait absurde de taxer les entreprises françaises en donnant un avantage compétitif aux entreprises des pays pollueurs […] Je confirme notre choix d’une fiscalité écologique mais je subordonne la création d’une taxe carbone intérieure à une taxe aux frontières qui protègera notre agriculture et nos industries contre la concurrence déloyale de ceux qui continuent à polluer sans vergogne », a-t-il confié à la presse.

D’abord votée par le Parlement et assujettissant principalement les particuliers, elle avait été retoquée par le Conseil constitutionnel pour « rupture caractérisée de l’égalité devant les charges publiques ».

L’annonce de cette invalidation avait alors soulevé de vives critiques au sein de l’UMP. Tenant absolument à cette taxe, le président avait alors repoussé son application au 1er juillet 2010. Cependant, le montant de la taxe avait été anticipée à la pompe dès le 1er janvier dernier avec une hausse significative des prix des carburants.

Cette nouvelle taxe était impopulaire parmi la population. Au lendemain de la déroute lors des élections régionales, dimanche dernier, Le Canard enchaîné ironise. « Exit le Vert, adieu le sauveur de la planète, place au sauveur des retraites. Les écolos ont, pour lui, voté de travers. Du coup, la taxe carbone, “Ça commence à bien faire”. Comme annoncé, il n’a pas attendu trois jours après le second tour pour la balancer aux poubelles de ses promesses électorales », lance l’hebdomadaire satirique, qui a par ailleurs mis en une ce titre évocateur : « Enterrement de la taxe carbone après la raclée des régionales : un Grenelle, des Gros nuls ».

Notes

Voir aussi

Sources

  • ((fr)) – Erik Empatz« La tasse carbonne ». Le Canard Enchaîné, page 1n° 466524 mars 2010.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Allemagne : un ancien SS de 88 ans condamné à perpétuité

Allemagne : un ancien SS de 88 ans condamné à perpétuité

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Localisation de l’Allemagne

Emblème de la SS

24 mars 2010. – Heinrich Boere, un ancien SS de 88 ans, a été reconnu mardi coupable de l’assassinat de trois civils néerlandais en 1944 soupçonnés d’entretenir des « sentiments anti-allemands » et condamné en conséquence à la prison à perpétuité. Il s’agit de l’un des derniers procès de criminels de guerre en Allemagne. Soixante-six ans après les faits, le président du tribunal d’Aix-la-Chapelle Gerd Nohle a estimé que « ces meurtres avaient été commis de façon totalement arbitraire » par Heinrich Boere. Les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité ont un statut juridique particulier, ils sont en effet imprescriptibles.

M. Boere, qui vit depuis 55 ans en Allemagne où il réside aujourd’hui en maison de retraite, s’est présenté en fauteuil roulant à son procès et est resté impassible lors de la lecture du verdict. Il est l’une des dernières personnes à être jugées pour des faits remontant à la Seconde Guerre mondiale. Né à Eschweiler, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, d’un père néerlandais et d’une mère allemande, ses parents déménagèrent à Maastricht dès ses deux ans. Il avait rejoint la Waffen-SS en 1940, à l’âge de 18 ans, après seulement quelques mois d’occupation allemande aux Pays-Bas. En décembre dernier, il s’était défendu à la barre en disant avoir obéi à ses supérieurs. « En tant que simple soldat, j’ai appris à exécuter les ordres. Et je savais que si je n’exécutais pas les ordres, je romprais mon serment et serais exécuté moi-même », avait-il déclaré.

Comme les avocats d’Heinrich Boere ont décidé de se pourvoir devant la Cour Suprême allemande et pourraient même aller devant une Cour européenne des droits de l’homme et que cela pourrait prendre des années, M. Boere reste donc libre pour le moment. Mais pour le procureur, « quant à savoir s’il purgera sa peine, la question reste posée, mais ce n’est pas le principal. Il y a une portée symbolique. Ce que nous voulions avant tout, et nous l’avons obtenu, c’est une condamnation. La culpabilité de ses actes est confirmée, et c’est significatif ».

M. Boere avait déjà été condamné à mort par contumace par un tribunal d’Amsterdam en 1949, une peine ensuite commuée en prison à vie. Également déchu de sa nationalité néerlandaise à cette occasion, il n’a jamais purgé sa peine, car, en 1983, un tribunal allemand avait refusé son extradition vers les Pays-Bas, puis, en 2007, un autre tribunal avait refusé qu’il purge sa peine en Allemagne, car il avait été jugé par contumace. Il a finalement été inculpé directement en Allemagne en 2008.

Sources


  • Page Allemagne de Wikinews Page « Allemagne » de Wikinews. L’actualité allemande dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Suisse : les commissions de gestion critiquent le pilotage stratégique du Conseil fédéral

Suisse : les commissions de gestion critiquent le pilotage stratégique du Conseil fédéral

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Bisbille sous la coupole fédérale.

24 mars 2010. – Dans un rapport rendu public mardi[1], les commissions de gestion du Conseil national et du Conseil des États s’inquiètent des manquements du Conseil fédéral dans sa fonction de pilotage stratégique de la politique suisse et de la gestion cloisonnée des dossiers, sans réelle vue d’ensemble. Mettant en avant plusieurs affaires récentes, elles demandent au gouvernement d’élaborer des propositions dans le cadre de la réforme actuellement en préparation. La réaction ne s’est pas fait attendre : quelques heures plus tard, dans un communiqué, le Conseil fédéral répliquait que « dans une démocratie directe, l’importance des instruments de planification doit être relativisée ».

Les problèmes rencontrés lors de la nomination de Roland Nef comme chef de l’armée, la gestion de l’affaire ayant mené à la démission du procureur général Valentin Roschacher, ou celle de l’« affaire Tinner » sont autant de cas internes où le manque de coordination entre les différents départements se sont fait sentir, selon les parlementaires. Sur le plan de la politique extérieure, le rapport met en avant la vision à court terme uniquement dans le cas de la crise libyenne, de celle des marchés financiers ou encore dans la gestion du désaccord fiscal avec les États-Unis.

L’étude souligne le fait que le gouvernement fédéral ne dispose que de quelques minutes, lors de ses séances plénières hebdomadaires d’une durée d’environ trois heures, pour aborder les problèmes stratégiques. Ainsi, il n’y aurait pas ou peu de coordination interdépartementale pour fixer des objectifs, financer des projets et répartir les tâches. De plus, les rapports transmis par l’état-major de prospective, justement présent pour faire des prospections à moyen terme, ne sont pratiquement pas utilisés.

Face à ces critiques, le gouvernement a réagit en publiant un communiqué[2] dans lequel il relève l’impossibilité, dûe au système politique spécifique du pays, de gouverner sur la base d’un programme politique déterminé à cause, d’une part, des changements de majorité au Parlement et, d’autre part, aux votations régulières dont les résultats modifient le travail de planification. Le président de la commission de gestion du Conseil des États, Claude Janiak, a réagis à cette déclaration en déclarant : « Le Conseil fédéral n’a rien compris, nous ne parlons pas d’un contrôle de son action, mais bien de la conduite stratégique des affaires ». Cette réaction laisse présager de futurs passes d’armes entre les différents protagonistes de cette affaire.

Notes et références

  1. [pdf] Pilotage stratégique politique par le Conseil fédéral : Rapport du Contrôle parlementaire de l’administration, transmis et publié par les Commissions de gestion des Chambres fédérales sur parlement.ch. Consulté le 24 mars 2010
  2. Communiqué de presse : ((fr)) « Pilotage stratégique du Conseil fédéral ». Chancellerie fédérale (Suisse), 23 mars 2010.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress