Wiki Actu Francophone

décembre 17, 2009

Dossier:Affaire des frégates d\’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan/Première

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

Dossier:Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan/Première

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Dossier:Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan
Aller à : navigation, rechercher

Attentats de Karachi : Nicolas Sarkozy et Édouard Balladur accusés de corruption par les familles des victimes

Nicolas Sarkozy, en 2009.

17 décembre 2009 – Six familles de victimes des attentats de Karachi, ayant fait 14 morts, dont 11 Français, à la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002, ont déposé une plainte, mercredi 16 décembre, pour « corruption active et passive » et « recel aggravé », contre l’Association pour la réforme, un club politique créé par Édouard Balladur. Selon les plaignants, l’association aurait financé la campagne présidentielle de l’ancien Premier ministre, en 1995, via des rétrocommissions illégales obtenues en marge d’un contrat de 1994 (à l’époque où M. Balladur était Premier ministre), entre la France et le Pakistan portant sur la fabrication de trois sous-marins Agosta. À son arrivée au pouvoir en 1995, Jacques Chirac a annulé le versement de ces rétrocommissions, ce qui aurait provoqué en représailles ces attentats de 2002, pourtant attribués par les autorités pakistanaises à la mouvance islamiste. Cette hypothèse fait actuellement l’objet d’une instruction.
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite


This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Dossier:Affaire des frégates d\’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan

Dossier:Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Dossier
Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan
Actualiser la page Actualiser la page

Le versement de « commissions » à des agents publics étrangers est courant, bien que contestable, dans l’industrie de l’armement.
Il était autorisé en France jusqu’à la signature de la Convention de l’OCDE contre la corruption en 2000. Les rétrocommissions étaient, quant à elles, déja illégales à l’époque des faits.

  • En septembre 1994, la France et le Pakistan signent un contrat portant sur la fabrication de trois sous-marins Agosta.
  • En novembre 1994, un contrat similaire porte sur la fourniture à l’Arabie saoudite de trois frégates de classe La Fayette par la France, pour un prix de 19 milliard de francs.

En 1995, Jacques Chirac, devenu président de la République, demande à son ministre de la Défense Charles Millon d’enquêter sur les commissions liées à ces deux contrats. Celui-ci acquiert alors la conviction que des rétrocommissions ont lieu dans leur cadre. Le Gouvernement ordonne alors la fin du versement des commissions au réseau Takieddine.

Le 8 mai 2002, un attentat-suicide a eu lieu à Karachi, dans la province du Sind au Pakistan et provoque la mort de 14 personnes, dont 11 employés français de la Direction des constructions navales.

Ci-dessous, l’évolution de ce dossier.

Dernière minute

Renaud Donnedieu de Vabres

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture entre 2004 et 2007, a été mis en examen ce matin, dans le volet financier de l’affaire. Entendu comme témoin en novembre 2010, M. Donnedieu de Vabres avait réfuté tout lien entre le contrat avec le Pakistan et le financement de la campagne de M. Balladur en 1995. Mais selon des témoignages versés au dossier, deux intermédiaires, dont le Franco-Libanais Ziad Takieddine, qui a été inculpé, ont été imposés par le pouvoir politique, notamment par M. Donnedieu de Vabres qui, à l’époque, était chargé de mission auprès de François Léotard, ministre d’État, ministre de la Défense. (Brèves : 15 décembre 2011).

Extension de l’affaire

L’Affaire Karachi était jusqu’ici axée sur le Pakistan. Pour cause, c’est l’attentat de Karachi, en 2002, qui a mis en lumière le système de commissions, et de supposées rétrocommissions. Cependant, le juge Renaud Van Ruymbeke aurait entre les mains un document qui permettrait de faire le lien entre la signature du contrat des trois frégates avec l’Arabie Saoudite en 1994 et le financement de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur, Premier ministre à l’époque. Le juge aurait découvert que le ministère de la Défense aurait d’abord réclamé à l’Arabie Saoudite un acompte de 10 millions et qu’un virement de cette somme aurait été effectué le 26 avril 1995. Troublante coïncidence : c’est à cette même date, le 26 avril, que 10 millions 250 mille francs ont été versés en espèces, au Crédit du Nord, sur le compte de l’AFICEB, l’Association pour le financement de la campagne d’Edouard Balladur. Les Balladuriens ont toujours évoqué les recettes de la vente de gadgets et de tee-shirts lors des meetings électoraux mais le juge en doute de plus en plus. (Brèves : 29 septembre 2011).

À l’origine de ce dossier :

Attentats de Karachi : Nicolas Sarkozy et Édouard Balladur accusés de corruption par les familles des victimes

Nicolas Sarkozy, en 2009.

17 décembre 2009 – Six familles de victimes des attentats de Karachi, ayant fait 14 morts, dont 11 Français, à la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002, ont déposé une plainte, mercredi 16 décembre, pour « corruption active et passive » et « recel aggravé », contre l’Association pour la réforme, un club politique créé par Édouard Balladur. Selon les plaignants, l’association aurait financé la campagne présidentielle de l’ancien Premier ministre, en 1995, via des rétrocommissions illégales obtenues en marge d’un contrat de 1994 (à l’époque où M. Balladur était Premier ministre), entre la France et le Pakistan portant sur la fabrication de trois sous-marins Agosta. À son arrivée au pouvoir en 1995, Jacques Chirac a annulé le versement de ces rétrocommissions, ce qui aurait provoqué en représailles ces attentats de 2002, pourtant attribués par les autorités pakistanaises à la mouvance islamiste. Cette hypothèse fait actuellement l’objet d’une instruction.
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite


Dernières nouvelles :

Affaire Karachi : les révélations d’Hélène de Yougoslavie

Localisation du Pakistan.

24 septembre 2011 – Selon le témoignage d’Hélène de Yougoslavie, la femme à l’époque des faits de Thierry Gaubert, ancien-conseiller de Nicolas Sarkozy, placé en garde à vue les 20 et 21 septembre 2011 et mise en examen, « passait systématiquement, à l’aller comme au retour, par Londres, afin (…) d’éviter des contrôles douaniers à la frontière franco-suisse », elle poursuit, « Il m’a dit un jour qu’il allait chercher ces espèces en Suisse pour les remettre à Nicolas Bazire », qui est en 1995, le directeur de campagne d’Édouard Balladur. Nicolas Bazire est mis en examen le jeudi 22 septembre 2011 par le juge van Ruymbeke. Hélène de Yougoslavie précise que « parfois Thierry (Gaubert) allait chercher l’argent seul, d’autres fois accompagné de (Ziad) Takieddine ». Ziad Takieddine, un intermédiaire des négociations dans le volet saoudien puis pakistanais de l’affaire financière, où il aurait obtenu une commission de la DCN via la société écran luxembourgeoise Heine SA, qui aurait été avalisé par Nicolas Sarkozy, ministre du Budget. La société écran aurait servi à verser des rétrocommissions pour la campagne présidentielle d’Édouard Balladur.
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite


Faits marquants

Cette section peut contenir jusqu’à 6 faits marquants. N’hésitez pas à la compléter.

Attentat de Karachi : Édouard Balladur auditionné ce matin par la commission d’enquête parlementaire

Édouard Balladur, en 1987

28 avril 2010 – L’ancien Premier ministre français Édouard Balladur a été entendu ce matin par la commission d’enquête parlementaire sur l’attentat du 8 mai 2002 à Karachi, au Pakistan. Cette audition fait à la suite des révélations du quotidien Libération qui, dans son édition de lundi, a affirmé que M. Balladur avait financé une partie (à hauteur de 10 millions de francs) de sa campagne présidentielle en 1995 par le biais d’un versement de rétrocommissions en marge d’un contrat de vente de sous-marins au Pakistan, en 1994. Ces rétrocommissions font l’objet d’une instruction judiciaire : il s’agit de l’« affaire DCN ».
[Modifier] – Crédit image → Lire la suite


Ajouter un deuxième fait marquant : Ne pas modifier le nom de la sous-page, cliquer simplement sur « Créer une page ».


Wikinews Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan compte actuellement articles.

Articles publiés :

Aucune page ne correspond à ces critères.

Brèves traitant de ce sujet :

Voir aussi sur Wikipedia :

  • Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan
  • Attentat du 8 mai 2002 à Karachi

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Vol AF 447 : l\’enquête se poursuit

Vol AF 447 : l’enquête se poursuit — Wikinews

Vol AF 447 : l’enquête se poursuit

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

AF 447 path-notext.svg

Dernière position connue
N2.98 W30.59
02:10, 1er juin
Rio de Janeiro
22:03, 31 mai
Fernando de Noronha
01:33, 1er juin
Arrivée prévue à Paris
à 09:10, 1er juin

Plan de vol approximatif du vol AF 447. La ligne rouge continue montre la route prise. Les pointillés indiquent le trajet prévu, d’après la position de la dernière transmission reçue. Toutes les heures sont en UTC.

L’A330-200 F-GZCP, en 2007.

17 décembre 2009. – Les raisons du crash de l’Airbus A330 d’Air France entre Rio de Janeiro et Paris le 1er juin dernier ne sont pas encore établies, lit-on dans le deuxième rapport du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), chargé de l’enquête technique, présenté aujourd’hui.

Le premier rapport d’étape du BEA avait été publié le 2 juillet.

Après avoir décollé le 31 mai de Rio de Janeiro, l’Airbus A330 transportant 216 passagers et 12 navigants devait se poser sur l’aéroport parisien de Roissy le 1er juin. L’avion a disparu des écrans des radars trois heures et demie après le décollage.

Il s’agit de la plus grave catastrophe aérienne depuis l’accident d’un Airbus A300 d’American Airlines à New York, en 2001, qui fit 265 morts, et du plus grave accident pour la compagnie Air France en 75 ans d’existence.

51 corps ont été retrouvés dans l’Atlantique, ainsi que des débris de l’avion.

« En l’absence des boîtes noires, des principales parties du fuselage et des témoignages sur le vol, les circonstances et les raisons du crash ne sont pas encore établies. Le travail sera poursuivi », selon le rapport.

Les responsables du BEA ont précisé que la nouvelle campagne de recherche de l’épave de l’appareil est prévue pour février prochain. Elle est préparée par des experts américains, russes, allemands, brésiliens, et britanniques, ainsi que par des spécialistes d’Airbus et d’Air France.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l’agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Vol AF 447: l’enquête continue (rapport du BEA) » datée du 17 décembre 2009.


Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Iran : nouveau tir de missile sur fond de tension avec l\’Occident

Iran : nouveau tir de missile sur fond de tension avec l’Occident

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Localisation de l’Iran

17 décembre 2009. – L’Iran annonce avoir testé une version améliorée de son missile de moyenne portée, le Sejil 2, alors que les tensions persistent avec l’Occident concernant son programme nucléaire.

Les médias officiels iraniens ont diffusé une vidéo du lancement du missile Sejil 2 hier, qualifiant l’essai de succès. Le ministre iranien de la Défense, Ahmad Vahidi, a affirmé que le tir de ce missile s’inscrivait « dans le cadre des efforts de l’Iran pour développer ses capacités dissuasives ».

« Construit par des scientifiques iraniens, le Sejil 2 est un missile à deux étages, d’une portée de 2 000 km, hautement manœuvrable, que l’on peut tirer plus rapidement que la version précédente », a ajouté M. Vahidi.

L’essai est survenu alors que le bras de fer se poursuit entre les pays occidentaux et l’Iran au sujet de son programme nucléaire qui, aux yeux de l’Occident, pourrait permettre à Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

En octobre, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a proposé à l’Iran d’envoyer en Russie 70 % de ses stocks d’uranium faiblement enrichi à 3,5 % afin qu’il y soit enrichi à un peu moins de 20 %. Cet uranium serait ensuite envoyé en France avant d’être restitué à l’Iran sous forme de combustible utilisable par son réacteur de recherche. Le directeur de l’Organisation de l’énergie atomique iranienne, Ali-Akbar Salehi, a répondu que son pays préfèrerait se procurer de l’uranium enrichi par l’intermédiaire de l’AIEA, mais ne pouvait pas se permettre d’attendre aussi longtemps.

Le président américain Barack Obama a déclaré que les États-Unis n’attendraient pas indéfiniment le bon vouloir de l’Iran sur l’offre de l’AIEA. Selon le porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC), Michael Hammer, le tir de missiles va renforcer « la détermination de la communauté internationale pour que l’Iran réponde des manquements répétés à ses obligations relatives à son programme nucléaire ». « C’est une raison de plus de prendre de nouvelles sanctions contre l’Iran », a dit, de son côté, le Premier ministre britannique Gordon Brown.

L’essai de missile est survenu au lendemain de l’adoption par la Chambre des représentants d’une loi permettant au président américain de sanctionner les entreprises exportant de l’essence vers l’Iran. Si ce pays est riche en pétrole, il n’est doté que d’une seule raffinerie, ce qui force Téhéran à importer une quantité d’essence conséquente.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Iran de Wikinews Page « Iran » de Wikinews. L’actualité iranienne dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Conférence de Copenhague : l\’Afrique revoit ses demandes dans l\’espoir d\’un accord

Conférence de Copenhague : l’Afrique revoit ses demandes dans l’espoir d’un accord

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Régions d’Afrique : ██ Afrique du Nord ██ Afrique de l’Ouest ██ Afrique centrale ██ Afrique de l’Est ██ Afrique australe

17 décembre 2009. – Les chefs d’État et de gouvernement commencent à arriver à Copenhague pour les trois derniers jours de négociations à la conférence sur le réchauffement climatique. Pour leur part, les pays africains ont revu à la baisse le montant des fonds nécessaires pour mitiger les effets du réchauffement.

S’adressant à la conférence au nom du groupe africain, Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien, a présenté, dans leurs grandes lignes, les demandes des pays africains : « Je propose l’établissement d’un fond de départ de 10 milliards de dollars par an pour les années 2010-2012. À long terme, les besoins sont plus élevés », a-t-il déclaré.

« Les fonds pour l’adaptation et la mitigation doivent commencer d’ici 2013 pour atteindre jusqu’à 50 milliards de dollars par an en 2015 et 100 milliards par an en 2020 », a expliqué Zenawi.

Les pays africains avaient initialement annoncé qu’ils avaient besoin du double des 100 milliards de dollars actuellement en discussion. Pour Barry Coates, directeur exécutif d’Oxfam-Nouvelle-Zélande, les africains ont revu leur demande à la baisse dans l’espoir d’obtenir un accord. « C’est décourageant de savoir qu’il n’y aura le niveau de financement nécessaire, particulièrement en ce qui concerne les pays vulnérables », a dit Coates, soulignant qu’un mécanisme doit être mis en place spécifiquement pour l’adaptation au réchauffement climatique.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Attentats de Karachi : Nicolas Sarkozy et Édouard Balladur accusés de corruption par les familles des victimes

Attentats de Karachi : Nicolas Sarkozy et Édouard Balladur accusés de corruption par les familles des victimes

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Sarkozy, en 2009.

Édouard Balladur, en 1987.

17 décembre 2009. – Six familles de victimes des attentats de Karachi, ayant fait 14 morts, dont 11 Français, à la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002, ont déposé une plainte, mercredi 16 décembre, pour « corruption active et passive » et « recel aggravé », contre l’Association pour la réforme, un club politique créé par Édouard Balladur. Selon les plaignants, l’association aurait financé la campagne présidentielle de l’ancien Premier ministre, en 1995, via des rétrocommissions illégales obtenues en marge d’un contrat de 1994 (à l’époque où M. Balladur était Premier ministre), entre la France et le Pakistan portant sur la fabrication de trois sous-marins Agosta. À son arrivée au pouvoir en 1995, Jacques Chirac a annulé le versement de ces rétrocommissions, ce qui aurait provoqué en représailles ces attentats de 2002, pourtant attribués par les autorités pakistanaises à la mouvance islamiste. Cette hypothèse fait actuellement l’objet d’une instruction. Le 18 juin dernier, le juge Marc Trévidic, en charge du dossier, avait par ailleurs estimé la piste « cruellement logique ». M. Balladur n’a pas souhaité réagir publiquement à ces accusations.

Aujourd’hui, l’avocat des familles de victimes, maître Olivier Morice, a précisé que le président de la République Nicolas Sarkozy, ministre du Budget (et chapeautant à ce titre la DCN) et directeur de la campagne présidentielle de M. Balladur à l’époque, était « au cœur de la corruption » dans cette affaire, mais qu’aucune plainte ne pouvait être déposée, compte-tenu de l’immunité présidentielle dont il jouit actuellement. L’Élysée a démenti ces assertions, ajoutant que les propos de maître Morice « relèvent de la diffamation ».

Pour mémoire, l’« affaire de Karachi », ou « affaire DCN » a démarré en 2008 avec le déclenchement d’une enquête sur certaines activités financières suspectes de la DCN. Les juges d’instruction en charge du dossier ont alors découvert l’existence de rétrocommissions en marge du contrat de 1994 sur les sous-marins. Après les révélations de Charles Millon, qui a indiqué en juin dernier qu’il avait, en qualité de ministre de la Défense, interrompu ces versements sur ordre exprès du président Chirac, l’hypothèse d’un financement illégal de la campagne de M. Balladur — rival de Jacques Chirac — prend corps. Dominique de Villepin, à l’époque secrétaire général de l’Élysée, confirme. Rapidement, plusieurs révélations de la presse vont en ce sens. Au cours d’une conférence de presse, M. Sarkozy dément, estimant ces supputations « ridicules ».

Sources


This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Conflit israélo-arabe : la paix peut être conclue en six mois, selon Mahmoud Abbas

Conflit israélo-arabe : la paix peut être conclue en six mois, selon Mahmoud Abbas

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Carte de la Cisjordanie

17 décembre 2009. – Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a proposé à Israël de geler totalement la colonisation pour un délai de six mois et affirme que cette période est suffisante pour s’entendre sur le règlement du conflit israélo-arabe, a rapporté mercredi le quotidien israélien Haaretz.

« Pendant les deux dernières semaines, je me suis entretenu au téléphone à deux reprises avec le ministre israélien de la Défense Ehud Barak et lui ai proposé de geler totalement la colonisation, y compris à Jérusalem-Est, pour un délai de six mois. Durant ce temps, nous pourrions nous remettre à la table des négociations et même achever les pourparlers sur le statut définitif. Je n’ai pas encore reçu de réponse », a déclaré M. Abbas dans une interview accordée au quotidien.

En outre, le chef de l’Autorité palestinienne a rappelé que le gel de la colonisation en Cisjordanie n’était pas seulement une exigence du peuple palestinien, mais aussi une obligation d’Israël, stipulée par la feuille de route interdisant les implantations tous types confondus, y compris sous le prétexte de la « croissance naturelle » des colonies. D’après lui, la partie israélienne n’a tenu aucun engagement prescrit par ce document, considéré comme une base du règlement du conflit israélo-palestinien.

« Nous devions mettre fin à la terreur et aux provocations et reconnaître Israël en tant qu’État. Venez voir ce qui a été fait : la sécurité en Cisjordanie est parfaite », a indiqué l’homme politique.

« Quelles démarches Tel Aviv a entreprises ? Les Israéliens n’ont tenu aucun engagement stipulé par la feuille de route. Vous avez enlevé quelques points de passage, mais il en reste encore 640. Quotidiennement, des Palestiniens se font arrêter, et leurs maisons sont détruites », a-t-il ajouté.

Le leader palestinien a confirmé que, malgré la suspension du processus de paix, l’Autorité palestinienne maintenait des contacts permanents avec Israël en matière d’économie et de sécurité.

En 2007, à Annapolis, aux États-Unis, après sept ans d’interruption des pourparlers sur le règlement du conflit israélo-arabe, Mahmoud Abbas et Ehud Olmert, Premier ministre israélien à l’époque, ont convenu de se remettre à la table des négociations. Un an plus tard, le dialogue de paix a de nouveau été interrompu avec la Guerre de Gaza de 2008-2009. La partie palestinienne refuse de se remettre à la table des négociations sans que l’État hébreu ne gèle la colonisation sur les territoires palestiniens et reconnaisse les frontières de 1976 en tant que ligne de délimitation du futur État palestinien.

Fin novembre, Israël a fait, au nom du processus de paix, un pas vers les Palestiniens et décrété un moratoire sur la construction de colonies juives. Toutefois, cette initiative de Tel Aviv n’a pas satisfait les Palestiniens, car le moratoire ne s’étend pas au territoire de Jérusalem-Est.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l’agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Conflit arabo-israélien: la paix peut être conclue en six mois (Abbas) » datée du 16 décembre 2009.


Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Iran : nouveau tir de missile sur fond de tension avec l’Occident

Filed under: Non classé — admin @ 5:00

Localisation de l’Iran

17 décembre 2009. – L’Iran annonce avoir testé une version améliorée de son missile de moyenne portée, le Sejil 2, alors que les tensions persistent avec l’Occident concernant son programme nucléaire.

Les médias officiels iraniens ont diffusé une vidéo du lancement du missile Sejil 2 hier, qualifiant l’essai de succès. Le ministre iranien de la Défense, Ahmad Vahidi, a affirmé que le tir de ce missile s’inscrivait « dans le cadre des efforts de l’Iran pour développer ses capacités dissuasives ».

« Construit par des scientifiques iraniens, le Sejil 2 est un missile à deux étages, d’une portée de 2 000 km, hautement manœuvrable, que l’on peut tirer plus rapidement que la version précédente », a ajouté M. Vahidi.

L’essai est survenu alors que le bras de fer se poursuit entre les pays occidentaux et l’Iran au sujet de son programme nucléaire qui, aux yeux de l’Occident, pourrait permettre à Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

En octobre, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a proposé à l’Iran d’envoyer en Russie 70 % de ses stocks d’uranium faiblement enrichi à 3,5 % afin qu’il y soit enrichi à un peu moins de 20 %. Cet uranium serait ensuite envoyé en France avant d’être restitué à l’Iran sous forme de combustible utilisable par son réacteur de recherche. Le directeur de l’Organisation de l’énergie atomique iranienne, Ali-Akbar Salehi, a répondu que son pays préfèrerait se procurer de l’uranium enrichi par l’intermédiaire de l’AIEA, mais ne pouvait pas se permettre d’attendre aussi longtemps.

Le président américain Barack Obama a déclaré que les États-Unis n’attendraient pas indéfiniment le bon vouloir de l’Iran sur l’offre de l’AIEA. Selon le porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC), Michael Hammer, le tir de missiles va renforcer « la détermination de la communauté internationale pour que l’Iran réponde des manquements répétés à ses obligations relatives à son programme nucléaire ». « C’est une raison de plus de prendre de nouvelles sanctions contre l’Iran », a dit, de son côté, le Premier ministre britannique Gordon Brown.

L’essai de missile est survenu au lendemain de l’adoption par la Chambre des représentants d’une loi permettant au président américain de sanctionner les entreprises exportant de l’essence vers l’Iran. Si ce pays est riche en pétrole, il n’est doté que d’une seule raffinerie, ce qui force Téhéran à importer une quantité d’essence conséquente.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page Iran de Wikinews Page « Iran » de Wikinews. L’actualité iranienne dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Conférence de Copenhague : l’Afrique revoit ses demandes dans l’espoir d’un accord

Régions d’Afrique : ██ Afrique du Nord ██ Afrique de l’Ouest ██ Afrique centrale ██ Afrique de l’Est ██ Afrique australe

17 décembre 2009. – Les chefs d’État et de gouvernement commencent à arriver à Copenhague pour les trois derniers jours de négociations à la conférence sur le réchauffement climatique. Pour leur part, les pays africains ont revu à la baisse le montant des fonds nécessaires pour mitiger les effets du réchauffement.

S’adressant à la conférence au nom du groupe africain, Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien, a présenté, dans leurs grandes lignes, les demandes des pays africains : « Je propose l’établissement d’un fond de départ de 10 milliards de dollars par an pour les années 20102012. À long terme, les besoins sont plus élevés », a-t-il déclaré.

« Les fonds pour l’adaptation et la mitigation doivent commencer d’ici 2013 pour atteindre jusqu’à 50 milliards de dollars par an en 2015 et 100 milliards par an en 2020 », a expliqué Zenawi.

Les pays africains avaient initialement annoncé qu’ils avaient besoin du double des 100 milliards de dollars actuellement en discussion. Pour Barry Coates, directeur exécutif d’OxfamNouvelle-Zélande, les africains ont revu leur demande à la baisse dans l’espoir d’obtenir un accord. « C’est décourageant de savoir qu’il n’y aura le niveau de financement nécessaire, particulièrement en ce qui concerne les pays vulnérables », a dit Coates, soulignant qu’un mécanisme doit être mis en place spécifiquement pour l’adaptation au réchauffement climatique.

Source


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Water-polo : résultats des matchs retours des huitièmes de finale du Trophée LEN 2009-2010

Water-polo : résultats des matchs retours des huitièmes de finale du Trophée LEN 2009-2010

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

17 décembre 2009. – Hier mercredi, ont eu lieu les matches retours des huitièmes de finale du trophée de la Ligue européenne de natation, la seconde coupe d’Europe de water-polo.

Dans le duel de deux clubs hongrois, par un match nul 7 à 7, le Ferencváros de Budapest se qualifie d’un but contre le Szeged VE, vainqueur du trophée en 2009. Le club roumain du CSM Oradea se qualifie, après prolongation, contre le Circolo Nautico Posillipo de Naples issu pourtant d’un championnat italien professionnel de haut niveau.

Prochainement aura lieu le tirage au sort des quarts de finale qui seront joués les samedi 16 et dimanche 17 janvier pour les matches allers et le mercredi 3 février 2010 pour les matches retours.

Les résultats

En gras, sont indiqués les clubs qualifiés pour les quarts de finale au terme des deux rencontres. En cas d’égalité sur les deux matches, une prolongation de deux fois trois minutes est jouée (« P ») suivie de tirs aux buts si nécessaires.

Les scores de quart-temps indiqués ici sont ceux du match retour ; pour ceux des matches allers, voir la grille du 29 novembre dernier.

Huitièmes de finale du Trophée LEN 2009-2010
Hôte aller Score aller Score retour Hôte retour 1R 2R 3R 4R P
Brixia Leonessa Nuoto (Italie) 11 – 5 10 – 7 Centre Natació Mataró (Espagne) 0-1 3-3 4-0 3-3
FTC Budapest (Hongrie) 10 – 9 7 – 7 Szeged VE (Hongrie) 2-2 2-1 2-0 1-4
VA Cattaro (Monténégro) 10 – 5 4 – 8 Nautical Union of Patras (Grèce) 0-3 2-2 1-2 1-1
Cercle des Nageurs de Marseille (France) 13 – 6 6 – 7 Spartak City Volgograd (Russie) 1-1 1-4 1-2 3-0
CSM Oradea (Roumanie) 12 – 10 5 – 7 Circolo Nautico Posillipo (Italie) 0-1 2-3 1-1 2-2 2-1
Primorje (Croatie) 10 – 4 4 – 5 Vaterpolski Klub Jadran (Croatie) 1-2 1-2 1-0 1-1
Rari Nantes Savona (Italie) 14 – 10 6 – 8 Club Natació Sabadell (Espagne) 4-1 2-3 0-2 0-2
Vouliagmeni Nautical Club (Grèce) 8 – 6 4 – 8 Wasserfreunde Spandau 04 (Allemagne) 2-2 1-1 0-3 1-2

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress