Wiki Actu Francophone

January 10, 2008

Wikipedia: Abidjan

Filed under: Uncategorized — admin @ 4:12 pm
Abidjan
Côte d’Ivoire
gentilé Abidjanais(e)
région Région des lagunes
Gouverneur Pierre Djédji Amondji
(depuis 2002)
Langue Ebrié, français
Superficie 1 E9 m², 2,119 km²
Population estimée 3660682 hab.
(2003)
Densité en 2003 – 1728 hab./km²
maire poste remplacé par gouverneur
administration 10 grandes communes
pour Abidjan Ville, 3 sous-préfectures
Localisation
Villes de Côte d’IvoireRégions de la Côte d’Ivoire

Le plateau et la lagune Ébrié, la nuit, vu de la Pyramide

Abidjan est la capitale économique de la Côte d’Ivoire, dont la capitale administrative et politique est Yamoussoukro, et la ville la plus peuplée de l’Afrique de l’Ouest francophone[1]. Elle compte, selon les autorités du pays, en 2006, 5068858 habitants pour l’agglomération, et 3796677 habitants pour la ville, soit 20% de la population totale du pays. Seul Lagos, l’ancienne capitale anglophone du Nigeria la dépasse en nombre d’habitants dans cette région.

Sommaire

Géographie

Situation d’Abidjan

L’agglomération d’Abidjan est située au sud de la Côte d’Ivoire, au bord du Golfe de Guinée et est comprise entre les latitudes 5°00′ et 5°30′ N et les longitudes 3°50′ et 4°10′ W. Elle s’étend sur une superficie de 57735 ha.[2]

Elle représente, à vol d’oiseau, une étendue d’une douzaine de kilomètres du nord au sud et d’une dizaine d’est en ouest. Cette superficie contient encore des îlots, de plus en plus rares, ou règne une végétation fournie.

Climat

Température et précipitations

La ville jouit d’un climat de type sub-équatorial, chaud et humide, qui comporte une grande saison des pluies (mai-juin-juillet), une petite saison des pluies (septembre-novembre) et deux saisons sèches. En saison des pluies, il peut pleuvoir sans discontinuer pendant plusieurs jours consécutifs ou alors pleuvoir intensément pendant une heure, période à laquelle succède un très fort ensoleillement.

Les précipitations y sont abondantes: environ 2 mètres d’eau par an[3]. Les précipitations mensuelles varient entre 26 mm en janvier et 610 mm en juin et la température y est quasi-constamment d’environ 27 degrés Celsius [4]. Le degré d’hygrométrie y atteint 80%.

Découpage territorial

Abidjan est composée de deux parties (Abidjan nord et Abidjan sud) avec les dix communes suivantes:

Abidjan nord

Quelques tours du Plateau

  • Abobo: la commune est essentiellement constituée d’habitat populaire. Elle joue depuis longtemps le rôle de refuge pour les migrants disposant de faibles moyens financiers. Ce quartier s’est spontanément développé autour de la gare.
  • Adjamé: Bien que petite par sa superficie, cette commune est très importante pour l’économie ivoirienne vu le nombre d’activités commerciales qui s’y déroulent. Malheureusement, Adjamé connaît des graves problèmes d’insalubrité. Le village Ebrié existait avant Abidjan. Son marché est le royaume des boutiques en tout genre et sa gare routière est le carrefour principal des lignes de bus qui irriguent tout le pays ainsi que les pays voisins.
  • Yopougon: C’est la commune la plus peuplée d’Abidjan. Elle abrite des zones industrielles et résidentielles. La station de recherche de l’ORSTOM, l’Institut Pasteur ainsi qu’un CHU y sont installés.
  • Le Plateau: C’est le centre des affaires dont les grands immeubles donnent un aspect très moderne à Abidjan. Bien que la capitale administrative de la Côte d’Ivoire ait été officiellement transférée à Yamoussoukro en 1983, les institutions de la république telles que la présidence et l’assemblée nationale sont encore au Plateau. Il est de fait le centre administratif, commercial et financier de la Côte d’Ivoire.
  • Attécoubé: La forêt du Banco, classée comme parc national, se trouve sur le territoire de cette commune. Actuellement, un gigantesque complexe commercial s’y construit, sans doute le plus grand d’Abidjan.[5]
  • Cocody. Réputée pour ses quartiers résidentiels (ex: 2-Plateaux, Riviera), Cocody contient aussi l’université du même nom (université de Cocody – établissement public) ainsi que quelques universités privées. La maison de la télévision (RTI) se trouve à Cocody. Il est à noter que le Président de la République réside dans cette commune. Cocody est aussi le quartier des ambassades.

Abidjan sud

La plage de Vridi

  • Koumassi: elle possède une importante zone industrielle.
  • Marcory: cette commune est essentiellement une zone résidentielle.
  • Port-Bouët: On y retrouve la raffinerie (Société Ivoirienne de Raffinage SIR) et l’aéroport International Félix Houphouët-Boigny. Y est également installé un office de l’IRD, le centre de Petit-Bassam[6]. Son célèbre phare balaie le golfe de Guinée sur plusieurs miles marins.
    • Vridi: c’est le quartier des plages très fréquenté chaque week-end, bien que l’océan y soit très agressif, en raison du phénomène de la «barre» qui n’autorise guère à s’éloigner du rivage, phénomène très répandu tout le long du Golfe de Guinée. À partir de 1950, Vridi est devenue la principale zone d’emplois d’Abidjan en raison de la multiplication d’usines et d’entrepôts.
  • Treichville: elle abrite le port autonome d’Abidjan ainsi que de nombreux commerces. La zone portuaire est aussi une zone industrielle. On y trouve également la piscine d’État de Treichville (PET), le palais omnisports de Treichville, Le palais de la Culture, la rue 12, l’hippodrome d’Abidjan…

Limites de la ville

Abidjan dans la Région des Lagunes

Les villes principales proches d’Abidjan sont Jacqueville, Grand-Lahou et Dabou à l’ouest, Sikensi, Tiassalé, Agboville, Adzopé et Alépé au nord, Grand-Bassam à l’est.

Les localités de Songon, Anyama et Bingerville ont été intégrées, en 2001, au District d’Abidjan.

Histoire

Abidjan a connu en un demi-siècle, une croissance et un développement impressionnants qui se confondent avec l’histoire de l’expansion de la Côte d’Ivoire.

Toponymie

Selon la tradition orale ébrié rapportée dans le Dictionnaire encyclopédique de la Côte d’Ivoire[7], le nom d’Abidjan, Abijean[8] à l’époque, serait né d’un quiproquo. La légende raconte qu’un vieil homme revenant de son champ, les bras chargés de branchages probablement destinés à la réfection du toit de sa case, rencontra sur son chemin un explorateur européen en perdition qui lui demanda le nom du village le plus proche. Le vieil homme ne parlant pas la langue de l’homme blanc crut comprendre que celui-ci demandait ce qu’il faisait en ces lieux. Terrorisé par cette rencontre inattendue, il s’enfuit en criant: «n’tchan m’bidjan», ce qui signifie en langue ébrié: «je viens de couper des feuilles». L’homme blanc crut avoir eu la réponse à sa question et consigna consciencieusement sur son bloc-notes Abidjan.

Époque coloniale

Piroguiers abidjanais

Abidjan est à l’origine un petit village de pêcheurs où vit le peuple Tchaman[9].

En 1896, à la suite d’une série d’épidémies de fièvre jaune meurtrières, les colons français qui étaient installés à Bassam décidèrent de déménager vers un endroit plus salubre à Adjamé santey («le village à l’écart d’Adjamé»). Leur déménagement fut suivi par celui du gouvernement colonial qui créa en 1899, à cet endroit[10], le comptoir de Bingerville, capitale de la colonie française de 1900 à 1934. [11]

La future Abidjan, toute proche, également située sur le bord de la lagune n’doupé («la lagune à l’eau chaude», future «lagune ébrié»), offrait plus d’espace et de plus grandes possibilités d’expansion commerciale. Le wharf de Petit Bassam, (l’actuel Port-Bouët), au sud de l’agglomération, fit rapidement concurrence au wharf de Grand-Bassam, jusqu’alors le principal accès économique de la colonie.

A partir de 1904, alors que Bingerville n’est pas encore achevée, Abidjan devient le principal pôle économique de la colonie de Côte d’Ivoire et un relais privilégié pour la diffusion des produits européens vers l’arrière-pays, notamment grâce à une communauté libanaise de plus en plus importante.

En 1931, Le Plateau et ce qui deviendra Treichville sont reliés approximativement à la place du pont Houphouët Boigny par un pont flottant. Cette année-là, un premier adressage des rues d’Abidjan est mis en place. Il sera (provisoirement) définitif en 1964, sous l’impulsion du maire Konan Kanga, puis (mal) complété à l’américaine en 1993.

Abidjan devient la troisième capitale de la Côte d’Ivoire, après Grand-Bassam et Bingerville, par un décret du 10août 1933. Plusieurs villages tchaman sont alors désertés. Il en reste notamment Adjamé, («la rencontre» ou «le centre» en tchaman), situé au nord du Plateau et où se trouve encore le chef de la communauté tchaman. [12]

Au sud du quartier du Plateau, actuel quartier central de l’agglomération abidjanaise, le village de Dugbeyo est déplacé de l’autre côté de la lagune, à Anoumabo, «la forêt des roussettes», qui deviendra le quartier de Treichville (devenue Commikro, la «ville des commis»). Ce quartier est ainsi rebaptisé en 1934 en l’honneur de Marcel Treich-Laplène (1860-1890), le premier explorateur de la Côte d’Ivoire et son premier administrateur colonial, considéré comme son fondateur. À la place de Dugbeyo, se trouve l’actuelle avenue Treich Laplène, la gare des autobus et des bateaux-bus lagunaires du Plateau, et l’avenue Charles de Gaulle (communément appelée rue du Commerce).

La ville est aménagée selon le schéma habituel aux villes coloniales sur la base d’un plan d’urbanisme plutôt utopiste. Le Plateau («m’brato» en langue tchaman) est habité par les colons. Au nord, on retrouve la ville habitée par les colonisés. Les deux zones sont séparées par la caserne militaire Gallieni, à la place de l’actuel palais de justice.

Près du port et le long d’un terrain de pétanque, naît le boulevard de Marseille. La légende raconte que, derrière les premières huileries de Blauhorn, à Cocody, des colons facétieux qui avaient «emprunté» une plaque d’une célèbre rue marseillaise, ont rebaptisé rue de la Canebière une piste de sable. Un hippodrome est construit dans le sud de la ville qui ne cesse de s’agrandir.

Au Plateau, dans les années 1940, l’hôtel Bardon s’agrandit et devient l’hôtel du parc, le premier hôtel climatisé d’Afrique francophone où travailleront le premier barman et le premier maître d’hôtel africains.

Dans les années 1940 et 50, à l’instar du Caire, de Tanger ou d’Istanbul, Abidjan participe à l’imaginaire populaire des nids d’espions et des gentlemen-voyous en eaux troubles.[13]

En 1951, les autorités coloniales décident de faire construire le canal de Vidri[14] pour que les navires à fort tirant d’eau puissent venir accoster aux quais de Treichville et y aménagent un des rares port africains en eaux profondes. L’eau chaude de la lagune n’doucé subira une chute de température. Abidjan que l’on appelle alors la Perle des lagunes entre dans une période faste qui durera jusque dans les années 1980.

Après l’indépendance

Après l’indépendance, en 1960, l’ancienne ville des colons devient le centre administratif et des affaires, siège de la présidence. L’axe au sud de Treichville, en direction de l’aéroport international et des plages, devient le quartier des européens et de la classe moyenne abidjanaise. C’est là qu’en novembre 2004, se concentreront les émeutes anti-françaises et les pillages. Le quartier de Cocody, célèbre par un gentleman incarné au cinéma par Jean Marais, et qui, dans le schéma urbanistique colonial devait être un vaste quartier indigène, devient un quartier chic où se trouvent notamment la résidence présidentielle, l’ambassade de France, l’hôtel Ivoire qui, pendant très longtemps, sera le seul d’Afrique à disposer d’une patinoire, et, depuis 2006, la plus grande ambassade américaine d’Afrique. De vastes zones populaires se sont développées entre ces pôles, prolongées par des zones d’habitats précaires et de misère nourries par l’exode rural et l’exploitation de l’immigration sous-régionale.

En 1983, le village de Yamoussoukro (littéralement la ville de la reine Yamousso)[15],[16], situé au centre du pays, devient la nouvelle capitale administrative et politique de la Côte d’Ivoire[17],[18] sous l’impulsion du président Félix Houphouët-Boigny qui en était originaire[19]. Celui-ci rêvait de transformer son village natal en un Brasilia des savanes africaines[20]. La nouvelle capitale, un important nœud routier plus qu’un pôle commercial actif, n’a cependant jamais porté ombrage à Abidjan sur le plan industriel, commercial et économique[21].

Depuis 1999, Abidjan est pénalisée par le désastre politique et économique ivoirien[22]. Depuis les années 1980, malgré des améliorations indéniables, on assiste, à cause de la négligence des fonctionnaires responsables et de la corruption, à une dégradation générale de la ville d’Abidjan et à une aggravation de sa pollution. En 2006, les intoxications massives des populations par des produits polluants déversés dans les décharges publiques en sont une illustration et un drame inévitable.[23](affaire du Probo Koala).

Politique

Administration

Organisation

Autrefois gérée par un administrateur des colonies, l’administrateur du cercle des lagunes[24],[25],[26], assisté de notabilités désignées, Abidjan est érigée en commune en 1956. Son premier conseil municipal fut élu le 18 Novembre 1956. Le premier maire élu d’Abidjan fut, dans le contexte de la loi-cadre de 1956, Félix Houphouët-Boigny. Une loi de 1978[27] institua vingt-sept communes de plein exercice sur le territoire du pays. C’est en application de cette nouvelle organisation que Emmanuel Dioulo fut élu maire d’Abidjan le 30 novembre 1980[28].

Liste des maires successifs
Date d’élection Identité Parti Qualité Statut
1956 Félix Houphouët-Boigny PDCI-RDA Homme politique élu
Antoine Filidori align=”center” Industriel nommé
Jean Porquet align=”center” Industriel nommé
Antoine Konan Kanga PDCI-RDA Homme politique nommé
1980 Emmanuel Dioulo PDCI-RDA Homme politique élu
1985 Mobio N’Koumo PDCI-RDA Homme politique élu

Depuis 2001, la ville n’est plus dirigée par une mairie centrale: Abidjan a été érigée en district et englobe, en plus de dix communes urbaines, les trois nouvelles sous-préfectures d’Anyama, Songon et Bingerville. Le poste de maire d’Abidjan a été remplacé par celui de Gouverneur du district, nommé par le chef de l’État, poste actuellement occupé par Pierre Djédji Amondji.

Chacune des 10 communes possède son propre conseil municipal dirigé par un maire. Les dernières élections municipales ont été organisées en mars 2001.

Les 10 communes d’Abidjan
Commune Maire Parti politique
Abobo Adama Toungara RDR
Adjamé Youssouf Sylla RDR
Attécoubé Danho Paulin PDCI-RDA
Cocody Jean-baptiste Gomont Diagou FPI
Le Plateau Akossi Noel Bendjo PDCI-RDA
Yopougon Gbamnan Djidan Jean Félicien FPI
Treichville François Amichia PDCI-RDA
Koumassi N’Dohi Yapi Raymond PDCI-RDA
Marcory Marcellin Akanda Assi FPI
Port-Bouët Hortense Aka-Anghui PDCI-RDA

Abobo, Adjamé, Attécoubé, Cocody, Plateau et Yopougon sont situées au nord de la lagune Ébrié (d’où l’appellation de «Abidjan nord»). Il s’agit de la partie continentale d’Abidjan.

Treichville, Koumassi, Marcory et Port-Bouët font partie d’Abidjan sud.

Blokosso et Locodjro sont des villages inclus au sein de la ville et qui y maintiennent une identité culturelle en milieu urbain

Contexte régional

Administrativement, Abidjan est située dans la Région des Lagunes qui regroupe également les villes d’Alépé, Dabou, Grand-Lahou, Jacqueville, Tiassalé et Bingerville.

Institutions

Le siège de l’Assemblée nationale

La majeure partie des institutions ivoiriennes se situe à Abidjan (jusqu’à la fin du transfert de la capitale ivoirienne vers Yamoussoukro): La présidence se situe à Cocody[29]. La Primature[30], le Parlement, le Conseil constitutionnel, la Cour Suprême (cour de cassation, conseil d’état et la cour des comptes), la Grande Chancellerie de l’ordre national, le Conseil économique et social… se situent à Abidjan.

Nombreux sont les ministères installés au au Plateau[31], à la cité administrative d’Abidjan, au boulevard Carde ou au boulevard Angoulvant (non loin de la cathédrale Saint-Paul d’Abidjan), ou ailleurs dans les grands buildings de la commune.


Sécurité

Malgré les efforts entrepris conjointement par le Ministère de l’intérieur et le district d’Abidjan, l’insécurité persiste comme dans presque toutes les capitales africaines.

Depuis 2004, lorsque quasiment tous les prisonniers d’Abidjan (MACA…)[32] sont sortis de prison, l’insécurité a fortement augmenté: augmentation des crimes et des délits, augmentation de la saisie de drogue. Outre la présence de la police, de la gendarmerie, des forces impartiales (ONUCI dont le siège se situe à Attécoubé et une grande base à Biétry), des militaires français basés à Port-Bouët et de l’armée ivoirienne, ont été créés dans les années 2000 la CECOS ainsi que plusieurs agences de sécurité privées.

En 2007, Danger Permanent de Pierre Laba sort au cinéma, un film traitant du le laxisme des policiers face au banditisme dans les grandes villes africaines à l’image de la capitale ivoirienne

Police

Abidjan est divisée en arrondissements dont chacun dispose d’un commissariat. On distingue la police municipale et la police nationale.

La Gendarmerie et la CECOS (Centre de commandement des opérations de sécurité) accompagnent la police.

Le phénomène «Drogues»

Depuis les années 2000, la Côte d’Ivoire connaît une forte hausse du trafic de drogue. Chaque semaine, la police découvre 2 fumoirs de drogue et interpelle près de 10 trafiquants. Les fumoirs de drogues poussent surtout dans les quartiers précaires comme Koumassi (une petite partie), Marcory (une petite partie), Abobo, Yopougon, Adjamé Bramokoté. Les enquêtes montrent que cette drogue provient d’Asie[33] répondant à une récente hausse de demande des jeunes chômeurs et vagabonds ivoiriens. La Police ivoirienne est de plus en plus centrée sur la lutte contre le trafic et la consommation de drogue dans le district d’Abidjan.

Un rapport de l’Office des nations unies affirme que l’Afrique de l’Ouest joue un rôle de plus en plus important dans le transit de la cocaïne latino-américaine vers l’Europe[34]. Selon une enquête de la commission de lutte contre le trafic de drogue des Nations Unies, 46% de la jeunesse en Afrique de l’Ouest est dépendante de la drogue.

En mai 2007, sept fumoirs ont été détruits et 191 personnes interpellées dont un militaire.[35],[36]

Base militaire française

Abidjan abrite, à Port-Bouët, une des 5 bases militaires françaises existant encore en Afrique (avec Dakar, Libreville, Bouar en Centrafrique et Djibouti). Un millier de personnes y vivent, autour du 43e BIMA qui y est stationné de façon permanente en application des accords de défense établis le 24 avril 1961 et liant les deux pays[37].

La présence de cette base militaire française sur le territoire de Côte d’Ivoire après l’indépendance du pays a constitué un facteur-clé de la politique du pays depuis 1960.

Relations et partenariats

Diplomatie et organes internationaux

Abidjan est le siège régional des plus grandes institutions internationales: UNICEF , PNUD, OMS, PAM, UNOPS[38], FNUAP [39], OIT, FMI, etc.

Les grandes nations du monde ont toutes une représentation à Abidjan dont la plupart desservent la sous-région[40] [41] [42] [43] [44].

C’est à Abidjan que se situe l’ambassade américaine de l’Afrique de l’Ouest[45] ainsi que la Banque africaine de développement (la BAD)[46], déplacée pour un certain temps à Tunis, qui est la plus importante institution financière du continent africain.

Jumelages

La ville est jumelée avec:

Divers

Abidjan a été le lieu de villégiature, dans les années 1980, de Jean-Bedel Bokassa après son éviction du pouvoir en Centrafrique.

Société

Démographie

Abidjan n’existait pas au début du XXesiècle. En 1950, elle venait tout juste de dépasser le seuil des 50 000 habitants (fin 1948). Pour atteindre le million d’habitants à la fin de l’année 1975, il fallut qu’elle progressât de 10 à 12% par an, ce qui correspond à un doublement tous les six ou sept ans. Mais la courbe s’infléchit brusquement avec la crise des années 1980.

On peut supposer que, dans les vingt dernières années du siècle, le taux de croissance d’Abidjan aura évolué dans une fourchette de 3 à 6%[47].La croissance naturelle a pris le dessus sur l’apport migratoire. Les flux restent substantiels, mais les départs compensent en partie les arrivées. Les flux migratoires positifs ont amené, dans l’année qui a précédé le recensement de 1988, 80000 personnes, dont 50000 provenaient des régions ivoiriennes et 30000 de l’étranger. De Côte d’Ivoire sont venus surtout des Akan (sud-est, 48%), puis des Mandé (nord-ouest, 24%) et des Krou (sud-ouest, 20%). De l’étranger sont arrivés des Burkinabés (30%), des Maliens (22%), des Ghanéens (19%), des Nigériens (11%), des Guinéens (9%)[48]. Parmi les non-africains, les Libanais sont plus nombreux que les Européens, et que les Français sont plus nombreux que tous les autres Européens réunis. Tous ensembles, les non-africains ne représentent guère que 3% de la population abidjanaise, mais il s’agit tout de même d’un record pour la région.

Le dernier recensement de la population du pays a eu lieu en 1998. Il indiquait 2877948 habitants pour la ville[49].

Les chiffres de 2006 estiment la population abidjanaise à 3796677 habitants. En 2006 l’agglomération d’Abidjan compte 5060858 d’habitants. Cette augmentation de la population est notamment due aux déplacés de guerre depuis les évènements de septembre 2002. La ville accueille beaucoup d’habitants à la recherche à la fois d’emplois et d’un hébergement plus sûr.

Il est prévu d’organiser un nouveau recensement en 2008.[50].

Évolution démographique
1920 1946 1970 1978 1998 2003
1000 48 000 500 000 1 200 000 3 125 890 3 660 682
Nombre retenu à partir de 1920: Population sans doubles comptes

Langues

Article connexe: Langues de Côte d’Ivoire.

La langue traditionnelle de la ville était l’ébrié. Depuis l’indépendance, la langue officielle à Abidjan et dans toute le Côte d’ivoire est le français. Le français parlé à Abidjan est appelé le français populaire ivoirien ou français de moussa. Celui-ci se distingue du français standard par la prononciation. Une autre forme de français parlé à Abidjan est le nouchi qui est une sorte d’argot parlé surtout par les jeunes. La langue véhiculaire, parlée et comprise par la majeure partie de la population commerçante d’Abidjan, est le dioula. Enfin, la ville accueillant de nombreux ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont pratiquées: l’attié, le baoulé, le bété, le wobé

Abidjan est encore entouré de plus de trente villages ou l’on parle essentiellement le baoulé et l’ébrié.

Éducation

En Côte d’Ivoire, le taux de scolarisation est de 74%[51] et l’accès à l’enseignement secondaire est limité par un concours d’entrée en sixième à l’issue duquel 1/3 des élèves est admis à poursuivre ses études[52]. 24% de la population scolarisée réside à Abidjan, pour 20% de la population.

Abidjan est le lieu des principaux établissements d’enseignement en Côte d’Ivoire. Parmi eux figure le lycée Blaise-Pascal d’Abidjan qui est une école française (on entend par école francaise une école qui a signé une convention avec l’ADFE[53]).

Santé

La ville dispose d’une offre de soins complète. Outre les nombreux centres de Tradipratiques et de médecine traditionnelle, les établissements anarchiques de ventes de médicaments en pleine rue, il existe de nombreux centres de santé et des pharmacies, de nombreuses pharmacopées. La ville comporte plus de cinquante polycliniques, et plus de soixante établissements spécialisés (vétérinaire, dermatologie, dentistes, optométrie, maternité, psychologie, pédiatrie, etc.).

Urbanisme et habitat

La Pyramide du Plateau

Les quartiers modernes comme Le Plateau ou Cocody ont connu un développement «à l’européenne» avec la construction de grandes tours de bureaux, buildings transparents, et d’immeubles d’habitation «classiques».

Les quartiers traditionnels comme Treichville ou Marcory ont maintenu le système des «concessions» où les logements sont contigus à l’usine et le système de la «cour» collective autour de laquelle sont construites plusieurs habitations, ce qui respecte l’organisation habituelle et multi-séculaire des villages africains[54].

Le quartier de Cocody abrite aussi de nombreuses villas en bois de plain-pied ou à un étage, au milieu de vastes jardins où règne une végétation luxuriante entretenue par les pluies abondantes qui arrosent la ville. Depuis quelque temps, une certaine «mode», pour ses habitants (très) aisés, a conduit à la construction, dans le quartier de Cocody, de villas imitant les temples grecs.

Par ailleurs, de nombreuses maisons sur pilotis ont été construites sur le pourtour de la lagune Ebrié.

La désorganisation du réseau urbain

réseau urbain sur Le Plateau

Le réseau urbain apparaît désorganisé. En effet, Abidjan, ville immense contenant 2500000 âmes, voit sa population doubler tous les sept ans depuis 1945. D’où vient un tel élan pour cette ville? Il provient des opportunités d’avenir qu’elle représente pour les ruraux. Et c’est ainsi que cette ville qui représente 45% des citadins de la Côte d’Ivoire et 20% de la population totale du pays se voit envahie de nombreux paysans espérant une vie meilleure. Cependant, si un important essor a été remarqué depuis un demi-siècle, sa croissance n’avoisine maintenant plus que les 4,5% par an (comparé à 10% de 1960 à 1990) et nous ne trouvons plus que 1/3 de ruraux qui participent à l’accroissement de la ville (2/3 de 1960 à 1990). Cependant malgré cette diminution, la ville est toujours aussi gigantesque comparée à la seconde ville la plus importante du pays, Bouaké (1500000 habitants) ou à la capitale politique, Yamoussoukro (100000 habitants).

Le problème de l’insalubrité urbaine

Malgré l’Affaire du Probo-Koala en 2006[55], l’insalubrité qui touche fortement l’Afrique pourrait être résolue à Abidjan. En effet, un contrat a été signé entre la Chine et la Côte d’Ivoire: une société chinoise de traitement d’ordures urbaines et industrielles envisage de traiter tous les déchets du district; cette transformation passera aussi par la création d’une importante société de nettoyage quotidien. Le projet est financé à 60% par la Chine et 40% par la Côte d’Ivoire. Un gigantesque centre de traitement de déchets se construit à Attengué. 15000 emplois permanents et 5000 emplois saisonniers seront créés à travers ce projet.[56].

Réhabilitations urbaines

Le dernier programme de renforcement de la voirie d’Abidjan, qui a conduit au raffermissement de certaines voies de la capitale, date de 1994. Depuis le mois de mai 2007, la société AGEROUTE (Agence de gestion des routes) entreprend de grands travaux à Abidjan et Anyama: ces ouvrages concernent les routes très dégradées qui souffrent du manque d’entretien, des fortes pluies et des manifestations, les caniveaux, les routes non bitumées[57],[58]. Le District et le BNETD projettent de réhabiliter et construire 400 à 500 kilomètres de route, avec une qualité leur assurant 15 à 20 ans de durée de vie.

Les travaux actuellement en cours portent sur la réhabilitation des routes d’Abidjan et Anyama, la construction de caniveaux, le bitumage des routes en terre et l’assainissement de la ville par la construction d’égouts.

Ces réhabilitations concernent l’ensemble des communes abidjanaise, certaines ont déjà débuté:

  • À Cocody, pour un coût de 3 milliards de Francs CFA, il a été procédé à la reconstruction de la Corniche, une des voies les plus empruntées de la commune. La reconstruction a été prolongée par la construction du barrage de l’Écréteur, situé au Carrefour de la Vie, permettant de filtrer toutes les eaux de ruissellement de leurs déchets, avant qu’elles se jettent dans la lagune.
  • À Yopougon, la réhabilitation du névralgique Carrefour Sable se poursuit par la construction d’un dalot de 200 mètres de long destiné à freiner le trainage des eaux usées, principale cause de la dégradation des voies.
  • À Abobo l’ampleur de la dégradation de la route exige un investissement important, la confection de caniveaux et la pose de dalot pour assurer un bon assainissement. La réhabilitation des voies et routes se poursuit.

Économie

Petite boutique à Abidjan

Usine Solibra à Abidjan

Industrie

La Région des lagunes est la région la plus industrialisée du territoire national.

Ses industries sont principalement le Bâtiment et travaux publics avec la présence de grands groupes industriels français: SETAO, COLAS, Bouygues, Jean Lefebvre.

On compte ensuite l’industrie textile avec le conditionnement du coton cultivé dans le nord soit pour l’exportation soit pour sa transformation sur place en pagnes, toiles, batiks et vêtements divers. Le secteur du textile, très dynamique, représente 15,6% des investissements nets, 13% du chiffre d’affaire et 24% de la valeur ajoutée de l’industrie ivoirienne.

On dénombre plusieurs puits de pétrole au large de la côte en exploitation off-shore (la Côte d’Ivoire est un pays producteur de pétrole, même si elle n’est pas auto-suffisante en ce domaine), ce qui conduit à la présence d’industrie chimique avec les raffineries de pétrole[59], et un port pour hydrocarbures.

On y travaille également les pierres et des métaux précieux pour l’exportation[60],[61].

La ville comporte également une importante activité de traitement du bois qui arrive au port essentiellement par voie fluviale depuis les forets du centre du pays. Il est exporté soit sous forme naturelle comme l’acajou qui était déjà vendu il y a 2 siècles aux anglais à l’époque victorienne soit sous une forme semi-industrialisée: bois déroulé, contreplaqué, aggloméré.

Dans l’industrie agroalimentaire on compte principalement: la fabrication d’huile de palme, le traitement des bergamotes et des bigarades, la transformation de l’hévéas issu des plantations de l’ouest, la fabrication de boissons à partir des ananas, des oranges[62] et des mangues et surtout la torréfaction du café, de type robusta, venu des plantations de l’ouest et dont le pays est le troisième producteur mondial, derrière la Colombie et le Brésil[63] ainsi que le conditionnement et le traitement du cacao, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial devant le Ghana et l’Indonésie[64]. (37% du cacao et 10% du café produits subissent au moins une première transformation sur place)

Comme dans tous les pays du tiers-monde en voie de développement, une grande partie de l’économie de la ville se situe dans le domaine que les économistes qualifient d’économie informelle[65] avec ses nombreux «petits métiers» [66].

Secteur tertiaire

Article connexe: Avenue Joseph Anoma.

Le développement du secteur tertiaire, avec l’implantation de banques commerciales internationales et la multiplication du nombre de sociétés de services de toutes natures, semble être la tendance lourde de ces dernières années.

Abidjan est la principale place financière de l’Afrique de l’Ouest francophone. Le siège de la bourse commune d’Afrique de l’Ouest (la BRVM) se situe à Abidjan. La BRVM est dominée essentiellement par les entreprises ivoiriennes.

Énergie

Le district représente environ la moitié du parc national de production d’électricité (600 MV sur 1200), 42% de la clientèle basse tension et 54% de la clientèle moyenne tension. La centrale thermique d’Azito, construite en 1997 en partenariat avec EDF, située sur la commune de Yopougon, au bord de la lagune ébrié et en face de l’Île Boulay, fournit à elle seule 300 Mw [67]. Deux autres centrales thermiques, construites en 1984 et 1985, sont installées à Vridi. Plusieurs sociétés d’électricité sont installées à Abidjan: SOPIE qui est une société d’état[68], CIE et SOPREL, filiales du groupe français SAUR[69] (la Côte d’Ivoire produit la totalité de l’électricité qu’elle consomme et en exporte vers les pays voisins, Ghana, Togo, Bénin, Mali et Burkina-Faso, grâce à l’interconnexion des réseaux [70]).

La production, qui augmente régulièrement, et le stockage de gaz sont assurés par 2 sociétés d’état: PETROCI et GESTOCI[71].

Une petite industrie de production d’énergies renouvelables s’est également développée[72].

Téléphonie et communication

La ville est dotée d’un réseau de téléphonie fixe performant de 450000 lignes (chiffres de 2004) géré par Côte d’Ivoire Télécom. Les connexions Internet haut débit, lignes spécialisées et l’ADSL sont alimentées par plusieurs fournisseurs d’accès: Aviso de Côte d’Ivoire Télécom, Africa On Line[73], Globe Access, Afnet.[74]

Système bancaire

Abidjan abrite toutes les représentations des institutions financières internationales: Banque Mondiale, FMI, BAD, BOAD, etc. Commission bancaire de l’UEMOA, Bourse Régionale des Valeurs, les filiales des grandes banques internationales: BNP, société Générale, Crédit lyonnais, Citibank, JPMorgan Chase ‘ Co., Barclays etc.

Seize banques nationales (SGBCI, BICI, etc.) entretenant un réseau de 170 guichets, sept établissements financiers et plus d’une trentaine de compagnies d’assurances font d’Abidjan une place financière concurrentielle qui anime toute l’Afrique de l’Ouest.

Transport

La SOTRA (Société des Transports Abidjanais)[75] et la SOTU (Société des Transports Urbains) assurent régulièrement les déplacements urbains à Abidjan par le biais de Bus, Taxi baggage et Ligne Express.


Taxis

Il est très difficile d’imaginer les rues de la ville sans les taxis. Il en existe de deux sortes: les taxis-compteur, de couleur rouge, qui peuvent circuler dans toute l’agglomération, et les woro-woro, de couleur jaune, qui sont limités à un quartier. Ils sont souvent utilisés en mode taxi collectif.

Aéroport

Article détaillé: Aéroport international Abidjan.

Abidjan dispose d’un aéroport international d’une grande capacité qui lui permet d’accueillir tous les avions gros porteurs existants. Abidjan se situe à une heure de vol de toutes les capitales de la sous-région. Abidjan est desservie par les grandes compagnies aériennes, en direction des grandes capitales du monde.

Siège de l’ancienne compagnie multinationale Air Afrique, Abidjan connaît un trafic aérien de près de 900000 passagers (chiffres de 1995).

Circulation

Le District[76] possède plusieurs boulevards et rues asphaltées reliant les communes entre elles, et le District aux quatre coins du pays. Abidjan est dotée d’un réseau de rocades urbaines.

Le transport fluvial, déjà conséquent avec les pinasses et les nombreux Bateau-Bus reliant divers quartiers de la ville, se développe grâce aux plans lagunaires.

Abidjan est aussi la tête de pont de l’unique autoroute du pays qui relie la ville à la capitale administrative et politique, Yamoussoukro.

Port

Article détaillé: Port Autonome d’Abidjan.

Abidjan possède le plus grand port de la sous-région (Afrique de l’Ouest) qui est aussi le deuxième d’Afrique, après celui de Lagos. C’est un port en transbordement et à conteneurs. Il fut inauguré en 1951 en présence du ministre des Colonies de l’époque, François Mitterrand. Grâce au canal de Vridi d’une profondeur de 15 mètres, les bateaux à grand tirant d’eau peuvent accoster dans un port en eau profonde.[77].

La Côte d’Ivoire appartient à la zone franc (dont la monnaie est le Franc CFA), dans le cadre de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA). Abidjan est le pôle économique non seulement de la Côte d’Ivoire, mais de toute une région incluant au moins le Burkina Faso et le Mali, en raison notamment de son port en eau profonde, ouvert en 1950. Le réseau routier que commande Abidjan (5600 km bitumés en 1995, contre 1000 en 1970) en direction de toute la région prolonge efficacement son activité portuaire puisque 50% du commerce du Burkina-Faso, du Mali et du Niger y transite.

Le trafic portuaire était de 12 millions de tonnes en 1995, dont 5,5 en produits pétroliers.

Abidjan réunit l’essentiel de l’activité industrielle du pays, le site portuaire accueillant à lui seul 60% du parc industriel ivoirien. Une mention spéciale doit être attribuée aux ambitions pétrolières d’Abidjan (production off-shore et, surtout, raffinage et distribution).

Ponts

Les deux moitiés de la ville, Abidjan nord et Abidjan sud, sont reliées par les ponts Houphouët-Boigny et De Gaulle. Ces deux ponts se situent entre Treichville et Le Plateau. Le pont De Gaulle se prolonge par l’immense Boulevard Valéry Giscard d’Estaing qui conduit à l’aéroport. Malheureusement, leur capacité est nettement insuffisante, surtout aux heures de pointe ou à l’occasion de barrages policiers et militaires lorsqu’ils sont le lieu d’immenses embouteillages. Ce constat a incité le gouvernement à étudier un projet de construction d’un troisième pont qui devrait se situer entre Cocody et Marcory. Toutefois, les perturbations politiques que connaît le pays depuis décembre 1999 ont mis ce projet en suspension, il devrait reprendre en 2008 selon le Ministre des infrastructures du Gouvernement de Guillaume Soro. Le projet avait pourtant commencé: des populations ont été déplacées, des bâtiments ont été détruits à Marcory en face des Mille maquis (le célèbre grand restaurant la Bâche bleue[78] a été déplacé).

Train et tramway

Cette ville est la tête de pont du seul chemin de fer de la région: la ligne Abidjan-Ouagadougou, avec les gares de Treichville, Abobo et d’Adjamé. Cette ligne, avec ses 2 trains, la gazelle et le bélier, relie les 2 capitales en environ 40 heures[79].

Le dernier-né des projets à Abidjan est celui du train électrique que promet la Société ivoirienne de chemin de fer (Cicf).[80].

Le développement de projets d’infrastructures incluant un train suburbain à Abidjan, évalué à près de 100 milliards de francs CFA, est envisagé. Ce train suburbain devrait relier le nord-ouest à l’est et au nord de la ville d’Abidjan. Ce projet s’étend sur 25 kilomètres de la voie ferrée actuellement exploitée par l’opérateur Sitarail, filiale du groupe Bolloré. Les travaux d’infrastructures (voie, électrification, génie civil) ont été évalués à 40 milliards de francs CFA financés par l’État ivoirien et les bailleurs de fonds (Banque mondiale et AFD). Par ailleurs, un contrat de concession de type BOT, sur vingt à trente ans, serait attribué à un opérateur privé, pour l’exploitation du réseau. Cet opérateur se chargera de l’acquisition du matériel roulant, de la rénovation des ateliers et de la mise en place du système d’exploitation. Le contrat de concession avait été évalué globalement à 60 milliards de francs CFA.

Tourisme

Article connexe: Tourisme en Côte d’Ivoire.

Une plage à Cocody

Abidjan est une ville insolite en Afrique. Ses divers surnoms, «Manhattan des tropiques» ou «petite Manhattan» ou «perle des lagunes», sont à l’image de cette ville imprévisible et conquérante. Avec ses installations, ses équipements hôteliers et sportifs, sa vie nocturne animée, ses transports et voies de communications ainsi que sa monumentalité, c’est une ville parfaite pour le tourisme d’affaires.

Elle comporte également des plages, avec palmiers et cocotiers, sur la bande lagunaire, dans le quartier de Vridi, qui sont très fréquentées le week-end avec le spectacle très pittoresque des vendeuses d’ananas et de noix de coco. Toutefois, le phénomène de «barre» qui affecte pratiquement tout le littoral du golfe de Guinée n’autorise guère la baignade en cet endroit.

D’une facon générale, en Côte d’Ivoire, le tourisme n’a jamais vraiment été développé en tant qu’industrie économique, le pays ne figurant pas parmi les destinations habituelles des voyagistes.

Parc du Banco

Article détaillé: Parc national du Banco.

Les FANICOS: laveurs de linge à Abidjan

Aménagé en 1926, ce parc de 3000 ha, et ancien «bois sacré», aux portes de la ville, sur la commune d’Attécoubé, a été conservé comme vestige de la foret primaire qui entourait autrefois toute la lagune. Une route goudronnée conduit au lac qui constitue le cœur du parc et des pistes en latérite le quadrillent. Ce parc est habité et comprend des plantations de café et de cacao.

À l’orée du parc, une petite rivière sert de lavoir ou officient les fanicos, les blanchisseurs, après avoir collecté le linge dans toute la ville. C’est l’un des nombreux «petits métiers» pratiqués à Abidjan.

Abidjan by night

Le maquis La Station sur la Rue Princesse

Outre Treichville qui est, de longue date, le quartier le plus animé de la ville, avec ses multiples maquis, ses Rue 12 et Rue 16, ses nombreuses discothèques et ses clubs de jazz, on peut citer:

Culture

Abidjan est considéré comme le carrefour culturel Ouest Africain, voire Africain.

Édifices religieux

La mosquée de Treichville, la mosquée de Cocody, la mosquée du Plateau[82] et la cathédrale Saint-Paul d’Abidjan, créée par l’architecte Aldo Spiritom et inaugurée par le pape en 1985, constituent les principaux édifices religieux de la ville.

Monuments et musées

  • Bibliothèque nationale[83]
  • Au Plateau:
    • Centre culturel français (CCF)
    • Musée des civilisations de Côte d’Ivoire
    • Musée national: il présente une collection d’art ivoirien (statues, masques, bijoux, outils, portes sculptées, tam-tam, instruments de musique issus de toutes les régions du pays). Sa particularité est aussi sa visite libre: on donne ce qu’on veut à la sortie…

Cinéma

Festivals

Abidjan organise chaque année un certain nombre de festivals de cinéma: le Festival Clap-Ivoire.[89], le Festival du film espagnol, le FESNACI, dont la première édition a été organisée en 2007[90], le Festival du court-métrage (FICA)[91], organisé depuis 1998 par Hanni Tchelley, le Festival du cinéma israélien d’Abidjan[92] dont la 4 eme édition a eu lieu en 2006 au Goethe-institut.

Abidjan au cinéma

Quelques films évoquent ou sont consacrés à la ville:

Musique

Abidjan accueille la majorité des musiciens de Côte d’Ivoire en raison principalement de la présence de nombreuses discothèques qui donnent aux artistes l’occasion de débuter et de s’exprimer, des maisons de disque et des médias nationaux. Alpha Blondy, Aicha Koné, le groupe Magic System et Tiken Jah Fakoly en sont les représentants les plus illustres. La ville a aussi accueilli, dans les années 1980, Myriam Makeba, lorsqu’elle n’était pas autorisée à rentrer dans son propre pays, l’Afrique du Sud, et la diva congolaise, apôtre de la danse Sukus, Tshala Muana.

Abidjan organise chaque année un certain nombre de festivals de musique:

  • Faya Flow[96]
  • Les Top d’or[97].
  • Concerto Festival[98].
  • Le Tiercé Gagnant[99]
  • Les RTI Music Awards[100].
  • Dj Mix Atalakou, organisé par RTI Music TV [101]
  • Festival International de Jazz d’Abidjan (FIJA)
  • Festival International des Musiques noires (FIMNA)[102]. Il est organisé tous les deux ans en alternance avec le Festival international de jazz

Médias

L’essentiel des médias de Côte d’Ivoire est issu de la ville d’Abidjan.

Télévision et radio

Le CNCA, le Conseil National de la Communication Audiovisuelle (souvent abrégé en CNCA) est l’autorité de régulation de l’audiovisuel (télévision et radio seulement) en Côte d’Ivoire.

Logo de la RTI

La Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) est l’organisme de diffusion radiophonique et audiovisuel de l’État ivoirien. Elle est financée par la redevance, la publicité et des subventions. Elle comporte 4 chaines de télévision et 2 stations de radio:La Première (généraliste), TV2, RTI Music TV, RTI Sport TV, Radio Côte d’Ivoire (radio généraliste), Fréquence 2 (radio de divertissement). Radio Jam est une radio privée de côte d’ivoire, une des radio la plus écoutée par les jeunes.

Quant aux chaînes privées, TAM-TAM TV sera la première chaîne de télévision ivoirienne internationale dont le siège sera Abidjan et d’autres studios seront aux États-Unis, en Italie, en France, en Asie, au Moyen-Orient

Sinon, il existe plusieurs chaînes ou radios ivoiriennes disponible par internet dont Africahit Music TV, Abidjan.net TV, Bengueshow

Presse écrite

À l’époque du parti unique, situation politique qui a prévalu dans le pays pendant 30 ans comme dans la plupart des autres pays de l’Afrique de l’Ouest après l’indépendance, un seul quotidien était diffusé dans le pays: Fraternité Matin, le journal du PDCI-RDA, fondé par le premier président, Félix Houphouët-Boigny. L’avènement du multipartisme en Côte d’Ivoire, en 1990, s’est en particulier traduit par une prolifération de journaux et publications diverses dont l’essentiel est publié à Abidjan. [103]

Quotidiens

Quotidiens sportifs

Hebdomadaires

Mensuels

Bi-Mensuels

Internet

La Présidence, La Primature, le gouvernement et les ministères possèdent leur site officiel.

Le portail Abidjan.net[104], domicilié en Californie aux États-Unis, diffuse l’information de la ville et du pays à travers le monde[105].

Dans l’organisation du «village mondial», Abidjan dispose d’un nœud internet et le nombre de cyber-cafés y connait une croissance exponentielle.

Festivités et évènements culturels

Théâtre

Danse

  • Festival des danses urbaines[107].
  • Hip-hop is back. Son édition 2007 avait pour invités Diam’s et Rageman le 21 avril 2007. Elle s’est déroulée au Complexe Las Palmas des deux plateaux.

Mode

En ce qui concerne la mode, chaque année sont organisés dans la ville: «Les Féeries»[108], la cérémonie de Miss Côte d’Ivoire, de Miss Dictrict Abidjan, de Miss Noel (de 6 à 11 ans) et de Miss Awoulaba (très prisé). En plus de cela a aussi lieu chaque année «Le Yéhé», un espace de célébration de la mode africaine[109] et le grand «Festival international de la lingerie et de la beauté d’Abidjan» (FILBA).

Abidjan est aussi le siège de grands couturiers ivoiriens, réputés comme les meilleurs d’Afrique dont Gilles Touré (couturier de Miss de Côte d’Ivoire), Pathéo…

Divers

  • Climbie beach
  • Festival international du dessin de presse et de la bande dessinée[110].
  • Festival international du rire (FIRA) sous la direction de Adama Dahico[111].

Sport

Le sport national ivoirien (basket-ball, athlétisme, rugby, handball, volleyball…) notamment le football est essentiellement Abidjanais. De nombreux clubs ivoiriens sont basés à Abidjan et notamment les deux meilleurs clubs de l’histoire du football national qui dominent actuellement le Championnat ivoirien (ASEC Mimosas et Africa Sports National).

Football

Supporters des mimos

Club Stade Fondation Titres Coupes Coupes F. H.-B.
ASEC Mimosas Stade Félix Houphouët-Boigny 1948 22 14 11
Africa Sports Stade Robert Champroux 14 13 10
Stade d’Abidjan Stade Municipal d’Abidjan 1936 5 5 1
Stella Club d’Adjamé Stade Auguste Denise 1953 3 2 2
Société Omnisports de l’Armée Stade Robert Champroux 1 1
Jeunesse Abidjan Stade Robert Champroux 1
FC Satellite Stade Imam Ali Timité
EFYM 1997
Rio-Sports d’Anyama Parc des sports de Rio
  • Il est organisé, chaque année, un tournoi de football à 7 joueurs: le festival de Maracana d’Abidjan (FESTMA) qui se déroule à Yopougon[112].
  • À la suite de l’indéniable succès de l’«académie de football» créée par Jean-Marc Guillou (Académie Sol Béni) dont plusieurs anciens pensionnaires ont rejoint les clubs professionnels européens, plusieurs centres de formation de jeunes footballeurs ont vu le jour ces dernières années: Centre Cyril Domoraud, Labo foot de Yopougon, Centre ivoirien de formation de football d’Abidjan (CIFFA), l’Étoile Scientifique Football Abidjan (ESFA), etc.[113].

Autres sports

Basketball

Rugby

  • Fédération ivoirienne de Rugby
  • Clubs: Abidjan Université Club, Treichville Biafra Olympic

Cyclisme

  • Fédération ivoirienne de cyclisme
  • Clubs: ASFA Moossou, Club cycliste d’Azagui, AS Cavel de Koumassi, Cycliste club de l’océan, Club cycliste de Yopougon

Tennis

Judo

  • Fédération ivoirienne de judo et disciplines associées qui a organisé, en 2007, le 15e Tournoi de la ville d’Abidjan[118].

Athlètisme

Infrastructures

Le Félicia

  • Autres infrastructures: Palais omnisport de Treichville
  • Un gigantesque projet: un complexe olympique de 80000 à 100000 places[120] est prévu, grâce à la volonté des dirigeants ivoiriens d’offrir un meilleur stade national aux Éléphants. Un complexe comprenant, outre les aires destinées à l’ensemble des disciplines olympiques (football, athlétisme, natation, etc.), des restaurants, des commerces, des auditoriums, des salles de réunion, un hôtel pour les «mises au vert» des sportifs et des aires d’entraînement. Depuis le sursaut du football ivoirien, l’état ivoirien pense que l’équipe nationale mérite un meilleur stade. Un problème se pose en effet avec le Félicia: il est impossible de l’agrandir en raison de son emplacement dans le quartier du Plateau. Le projet du complexe est actuellement suspendu, en raison du manque d’investisseurs et de la situation qui prévaut dans le pays depuis 2002.

Galerie d’images

Lieux d’Abidjan

L’hôtel Ivoire vu de la lagune

L’Agora

Plage de Cocody

Piroguiers sur la lagune

Quartier zone 4

Maquis

Entrée du stade LE FELICIA

Plage de Vridi

Lagune

Tours du Plateau


Pour aller plus loin

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Abidjan.

Géographie

Monuments

  • Les musées d’Abidjan et de Côte d’Ivoire

Photos

  • Abidjan sur Digital
  • Images d’ABIDJAN
  • Photos d’ABIDJAN en 2006
  • Vue Satellite d’Abidjan à 50 mètres de hauteur




Administration du district d’Abidjan

Communes

Abidjan nord: AboboAdjaméAttécoubéCocodyLe PlateauYopougon
Abidjan sud: KoumassiMarcoryPort-BouëtTreichville

Sous-préfectures: AnyamaBingervilleSongon
Sous-communes: 2 PlateauxAnoumaboBiétryCocody RivieraVridiWilliamsvilleZone 4

Localités: BlokossoLokodjro

Villes de Côte d’IvoireRégions de la Côte d’IvoireRégion des Lagunes


Capitales d’Afrique
Afrique du Nord
Alger· Le Caire· Tripoli· Rabat· Nouakchott· Khartoum· Tunis Afrique de l’Ouest
Porto Novo· Ouagadougou· Praia· Yamoussoukro· Banjul· Accra· Conakry· Bissau· Monrovia· Bamako· Niamey· Abuja· Dakar· Freetown· Lomé
Afrique centrale
Yaoundé· Bangui· Brazzaville· Kinshasa· Libreville· Malabo· São Tomé· Ndjamena Afrique de l’Est
Bujumbura· Djibouti· Asmara· Addis-Abeba· Nairobi· Kampala· Kigali· Victoria· Mogadiscio· Dodoma
Afrique australe
Pretoria · Luanda· Gaborone· Moroni· Maseru· Tananarive· Lilongwe· Port-Louis· Maputo· Windhoek· Mbabane · Lusaka· Harare Autres villes principales et capitales économiques Abidjan· Alexandrie· Casablanca· Dar es Salam· Durban· Lagos· Le Cap· Johannesburg· Serrekunda

5°20′11″N 4°01′36″W / 5.3364, -4.0266

La version du 14 décembre 2007 de cet article a été reconnue comme «bon article» (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.
This text comes from Wikipedia. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikipedia.

No Comments »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress