Wiki Actu Francophone

July 5, 2012

Chômage : Le nombre d\’emplois menacés est de 75 000 selon la CGT

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

5 juillet 2012. – La (CGT) estime à 75 000 le nombre d’emplois menacés, contre 45 000 au mois de mai. Une hausse en concordance avec les dernières crainte en matières d’emploi : retrait de 5 122 postes à Air France d’ici à décembre 2015 ; de 1 000 à 4 000 emplois menacés chez le groupe Sanofi avec un plan d’économie de 2 000 000 000 € ; idem chez PSA où les syndicats craignent la suppression de 8 000 à 10 000 postes et des fermetures d’usines.

Chez Bouygues Telecom, la direction a confirmé mardi un plan de départs volontaires de 556 postes sur 9 800 salariés, tandis que SFR pourrait supprimer 1000 postes. Des annonces qui font suite à la progression de Free Mobile dans le marché de la téléphonie.

La CGT tiendra les 9 et 10 juillet une conférence sociale. Pour Bernard Thibault : « C’est un moment important pour le gouvernement qui doit montrer un certain volontarisme à prendre des mesures pour changer en positif le quotidien des salariés ». Le secrétaire général, encore en fonction jusqu’en mars 2013, demande au gouvernement des mesures pour stopper la fermeture des sites performants et pour redéfinir le licenciement économique à l’aide une loi.

Sources


  • Pages
  • Page Économie et affaires de Wikinews « Économie et affaires »
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

May 24, 2012

France : malaise à La Poste

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Manifestation du 26 octobre 2010 contre les nouveaux horaires.

24 mai 2012. – Les agents de La Poste ont manifesté avant-hier contre les conditions de travail et en faveur d’une hausse des salaires. À cette occasion, il ont fait grève ce jour là.

Dans le département de la , une cinquantaine de personnes à l’appel de la CGT-FAPT a manifesté devant la mairie de . Pendant plus d’une heure, deux élus de la ville ont reçu une délégation des représentants syndicaux. Elle était composée de Jean-Luc Sac, secrétaire départemental , de Florence Thinlot secrétaire de la section locale CGT de la plate-forme industrielle du courrier, ainsi que de Juan Martinez, membre du secrétariat de ladite section. Le secrétaire du sénateur-maire de Dijon leur a accordé aussi une audience.

Les représentants syndicaux ont dénoncé la dégradation permanente de la qualité du service public des postes. Cette question fut le temps fort de l’entretien entre les protagonistes, à la suite de la réorganisation du service du tri intervenue en juin 2011. À cette occasion, la direction générale a fermé le centre de tri de () pour centraliser le trafic de ce département à -.

Selon le syndicat, il manque une soixantaine de personnes pour faire le travail correctement en prenant en compte les intérimaires et les CDD. De plus, ils ont pointé du doigt l’absence de dialogue social, le « management à la coréenne » et les dégradations des conditions de travail. « On leur a mis tous les éléments en main pour qu’il les fassent remonter au nouveau gouvernement. C’était mieux de venir ici que d’aller rencontrer une fois de plus nos dirigeants », a affirmé Jean-Luc Sac.

Les autres postiers présents à la manifestation se sont plaint des nouveaux horaires de nuit « punitifs ». Avant, il avaient un rythme de travail de deux nuits sur quatre. Maintenant, il doivent accomplir trois nuits sur quatre, voire quatre nuits sur cinq par certains employés, soit entre 35 et 85 nuits supplémentaires par an.

Notes

Source

  • ((fr)) –  « Malaise à La Poste ». Le Bien publicpage 9n° 84823 mai 2012.


  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

   

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

June 26, 2011

France : le NPA choisit Philippe Poutou comme candidat à la présidentielle

Le Nouveau Parti anticapitaliste a décidé de présenter Philippe Poutou, ouvrier et syndicaliste, comme candidat à l’élection présidentielle de 2012. Très peu connu, celui-ci devra notamment rassembler un parti divisé.

Drapeaux et affiches du NPA lors d’une manifestation à Paris contre la réforme du système de retraite, le 2 octobre 2010.

26 juin 2011. – Les délégués élus par les militants du (NPA) ont désigné à 53 % Philippe Poutou comme candidat à l’ qui se tiendra les 22 mai et 6 juin prochains. Réunis hier et aujourd’hui en conférence nationale, ils se sont prononcés par 122 voix pour et 50 contre en faveur de cet ouvrier de 44 ans, suivant en cela l’avis majoritaire de la commission des candidatures. 11 délégués se sont abstenus et 47 n’ont pas participé au vote. Le parti va donc se lancer dans la collecte des 500 signatures d’élus nécessaires pour que leur candidat puisse participer à l’élection.

Ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort (Gironde), Philippe Poutou était militant à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) avant d’adhérer au NPA. Délégué de la (CGT), il s’est fait connaître des médias en tant que syndicaliste, notamment en 2010 quand le constructeur automobile américain a annoncé la fin de la production sur le site, menaçant ainsi 2 000 emplois. Le conflit social qui s’ensuivit fut un succès partiel puisque la direction annonça en mai 2011 que 955 emplois seraient pérennisés. M. Poutou fut également tête de liste de la LCR en Gironde pour les élections législatives de 2007 (2,70 %), puis du NPA en Aquitaine pour les régionales de 2010 (2,52 %) ; il fut en deuxième position sur la liste du NPA aux élections européennes de 2009 dans le Sud-Ouest (5,30 %)[1]. Malgré cela, il est quasi-inconnu dans l’opinion publique.

Les autres candidats possibles étaient les deux porte-parole, Myriam Martin et Christine Poupin, ainsi que Régis Louail, ouvrier chez Renault et militant politique et syndical. La Ligue communiste révolutionnaire, qui est à l’origine du Nouveau Parti anticapitaliste, avait présenté Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002 et 2007. Jeune, dynamique et bon orateur, il avait réussi à acquérir dans l’opinion une importante sympathie qui avait été utilisée lors du lancement du NPA, vu comme un rassemblement anticapitaliste plus large que la LCR, petit parti trotskyste. Mais M. Besancenot avait annoncé début mai dans un courrier rendu public qu’il ne comptait pas être de nouveau candidat en 2012, mettant en garde « contre les risques politiques de la personnalisation à outrance » du parti. Il avait notamment pointé du doigt le fait que sa candidature avait été construite progressivement alors qu’il n’était que simple postier, et proposé de renouveler cette « audace » en continuant « de surprendre en présentant aujourd’hui d’autres anonymes » aux élections. Il avait également justifié son geste pour éviter que le parti ne se fige dans un comportement « conservateur » en ayant un « candidat rituel à l’élection présidentielle ». Le retrait de celui que beaucoup de militants voyaient comme le candidat naturel avait cependant jeté le parti dans l’incertitude.

Lors des élections dans les assemblées locales pour désigner leurs délégués, les militants ont eu à choisir entre trois textes nationaux, plus d’éventuelles positions locales. Le texte A, soutenu notamment par Alain Krivine, Christine Poupin et Olivier Besancenot, est arrivé en tête avec 50,2 % des suffrages. La texte B, que soutenait entre autres Myriam Martin, en a recueilli 40,2 %. Les deux plateformes s’opposaient notamment sur l’attitude à avoir avec le , le texte A dressant un constat d’échec des discussions tandis que le texte B défendait une poursuite des négociations[2]. Les tenants de la position B remettaient également en cause l’existence d’une commission des candidatures, estimant que le candidat devait être choisi parmi les porte-parole ; Myriam Martin, la plus jeune des deux, avait leur préférence.

Les relations avec les différentes composantes de la gauche radicale, et notamment le Front de gauche, font partie des divergences au sein du NPA. 3 100 militants ont voté lors des assemblées locales de juin. Le parti revendiquait en février 6 000 membres, dont 4 500 à jour de cotisation. Il y a donc une baisse importante du nombre d’adhérents en comparaison aux plus de 9 000 de février 2009, lors de la fondation du parti, que certains attribuent à un repli sur les positions de l’ancienne LCR. Philippe Poutou, qui devra regrouper son parti, a déclaré aujourd’hui en conférence de presse qu’il « n’est pas question qu['il soit] un super candidat comme Olivier Besancenot. Il faut montrer un visage plus collectif pour éviter la personnalisation ».

À la gauche du Parti socialiste, Lutte ouvrière présente Nathalie Arthaud et le Front de gauche , après que, le 18 juin dernier, les militants du ont décidé à 59 % de se ranger derrière lui. Le Nouveau Parti anticapitaliste devra donc faire entendre son message alors que la gauche radicale n’a pas réussi à se rassembler : il entend promouvoir « un programme pour les luttes, pour leur généralisation », porté par « un candidat anticapitaliste, féministe, écologiste, antiraciste, internationaliste ». Le NPA compte mener une campagne collective et défendre notamment la socialisation des banques sous contrôle populaire, l’interdiction des licenciements, la planification énergétique et la sortie du nucléaire, la lutte contre les discriminations raciales et sexuelles, ainsi que la solidarité avec les travailleurs et les peuples opprimés ou en lutte, notamment en Europe et dans le monde arabe.

Notes

Voir aussi

Sources


  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

May 21, 2011

France : manifestation anti-G8 au Havre

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

7 000 personnes composaient le cortège d’après les organisateurs, 5 000 d’après la police.

En tête de cortège, une banderole « G8, dégage », en référence aux slogans tunisien et égyptien.

21 mai 2011. – Environ 7 000 personnes ont manifesté aujourd’hui au contre le sommet du prévu dans moins d’une semaine à Deauville. Réunis derrière plusieurs fanfares, des tables de camping, ils ont affiché et distribué des affiches ou des brochures aux passants, sous la surveillance du service d’ordre de la CGT[1]. Malgré cet important dispositif, plusieurs individus cagoulés ont brisé des vitrines à l’aide de tiges ou, vers la gare, jeté des projectiles et fumigènes en fin de journée. La manifestation s’est toutefois déroulée dans un climat « bon enfant », estime le quotidien Ouest-France.

Plusieurs syndicats étaient présents, rejoints par Europe Écologie – Les Verts, le , plusieurs associations comme la Ligue des droits de l’homme, Artisans du monde, Les Amis de la Terre ou encore Sortir du nucléaire. En tête du cortège, une banderole « G8 dégage, les peuples d’abord, pas la finance » précédait des drapeaux tunisiens et palestiniens. « Aidons l’argent à quitter les paradis fiscaux », « Désarmons les marchés financiers », « Français, immigrés, mêmes patrons, même combat », « Banquiers voleurs, patrons voyous », « Ne laissons pas les affaires du monde aux hommes d’affaires » étaient les principaux slogans de la journée.

La semaine prochaine, du 26 au 27 aura lieu le 37e sommet du G8, qui réunit les dirigeants de certains des pays les plus industrialisés : l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, le Japon, les États-Unis, le Canada et la Russie. 12 000 policiers, gendarmes et militaires seront mobilisés pour assurer la surveillance au sol, épaulés par plusieurs drones. D’autres manifestations sont prévues à Berlin et à Paris.

Notes

Galerie

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

May 10, 2011

France : préavis de grève à la RATP pour vendredi

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

10 mai 2011. – Quatre organisations syndicales de salariés de la , la , FO, SUD et l’UNSA, ont lancé un préavis de grève pour la journée du vendredi 13 mai. Les syndicats dénoncent « les conditions d’exploitation difficiles de la ligne, la sous-capacité par rapport aux nombre de voyageurs et la dégradation des conditions de travail », a expliqué à l’AFP Thierry Babec secrétaire général de l’UNSA.

« La direction peut s’attendre à une exploitation catastrophique, voire quasi nulle pendant toute la journée de vendredi. Le préavis est de 24 h », a-t-il ajouté, précisant que la grève débuterait à 4 h 45 vendredi matin, jusqu’à 1 h 30 samedi matin.

Le trafic sur les lignes A et B du RER risque d’être « fortement perturbé » sur les parties des lignes que gère l’établissement. Quant à celui du métro, des bus et des tramways, « normal », a précisé la RATP dans un communiqué.

Notes

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Pages
  • Page France de Wikinews « France »
  • Page Transports de Wikinews « Transports »
  • de Wikinews.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

January 27, 2011

France : polémique autour d’un hypothétique départ de Bernard Thibault de la tête de la CGT

Filed under: Confédération générale du travail — admin @ 5:00 am

Bernard Thibault.

27 janvier 2011. – Le Parisien a annoncé que Bernard Thibault aurait manifesté son intention de quitter son poste de secrétaire général de la [1] à la fin de l’année. Selon le journaliste : « Il tient à partir plus tôt que prévu. Le sujet de son départ était d’ailleurs inscrit à l’ordre du bureau confédéral de la CGT convoqué lundi dernier. Mais la réunion a tourné court, perturbée par “des problèmes avec le personnel de la confédération”, en guerre ouverte contre la CGT sur des questions de salaires et de conditions de travail ».

Toujours selon cette source, son intention de tirer sa révérence a été annoncée à ses proches collaborateurs dès les 21 et 22 décembre derniers. « L’échec du conflit sur les retraites, les bisbilles internes, le recul des adhérents dans certains bastions, les problèmes de dos et familiaux lui pèsent », précise-t-on au Parisien.

La centrale syndicale a vivement démenti ces informations, les qualifiant de « fantasmes ». Selon le premier secrétaire, sa succession n’est pas à l’ordre du jour. « En aucun cas la CGT n’est en prise à des conflits internes tels qu’ils déstabiliseraient sa direction nationale. Ce fantasme, relayé depuis plusieurs semaines, cherche à déstabiliser la CGT après avoir constaté la part prise par ses militants dans l’exceptionnelle mobilisation sur les retraites. Malheureusement pour nos détracteurs, la CGT se renforce et c’est le président de la République qui sort un peu plus affaibli encore du bras de fer qu’il a imposé aux salariés » a-t-il confié à la presse.

L’annonce par Le Parisien de ce départ hypothétique a provoqué l’annulation, par le principal intéressé, de sa participation ce matin à une émission télévisée à LCI. Dès la publication du démenti, le journal a persisté dans ses informations. « Les propos que rapporte notre journal ont bien été tenus le 21 décembre au soir — “Je pars à la fin de l’année de manière à ce que mon successeur soit en place avant les présidentielles” — et la question de son départ figurait bien à l’ordre du jour du bureau confédéral de lundi ».

La presse relate des « tensions » au sein de la confédération. Depuis son arrivée à la tête de la CGT, Bernard Thibault a plusieurs fois préféré les compromis aux grèves, ce qui a entraîné un mécontentement de l’aile gauche du syndicat. En 2005, Bernard Thibault s’était plus ou moins prononcé en faveur du projet de constitution européenne et avait été mis en minorité au bureau confédéral. Ce dernier avait relayé les positions prises par les différentes commissions exécutives et celle de la majorité des adhérents contre le projet.

Notes

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

January 6, 2011

France : la CGT refuse de se rendre à la cérémonie des vœux de Nicolas Sarkozy

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Bernard Thibault.

6 janvier 2011. – La confédération syndicale [1] boycottera la cérémonie des vœux du président de la République. Son secrétaire général, Bernard Thibault, justifie la démarche en réponse à l’intransigeance de l’Élysée lors de la réforme des retraites. Le syndicat s’est fendu d’un communiqué indiquant que « 2010 a été marquée par la mobilisation sociale unitaire pour s’opposer à la réforme des retraites fondées sur des bases injustes et inefficaces. Face à ce mouvement d’ampleur exceptionnelle de plusieurs mois, soutenu par une très large majorité de la population, qui revendiquait l’ouverture de réelles négociations, ce fut l’intransigeance du coté du président de la République et le dédain à l’égard des positions syndicales sur un choix de société qui conditionne l’avenir pour des millions de salarié. »

« C’est dans ce contexte que se présente la cérémonie habituelle des vœux de l’Élysée. Sans nul doute l’encouragement au “dialogue social” et la nécessité de “syndicats forts” seront classiquement présents » continue le syndicat. Celui-ci « refuse d’apporter son concours à ce simulacre, elle décide par conséquent de décliner l’invitation de la Présidence pour les vœux de 2011 ». La démarche cégétiste ne sera pas suivie par les autres centrales syndicales qui ont décidé de se plier à la tradition.

Notes

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

November 4, 2010

France : manifestation des postiers après l’agression d’un militant CGT du centre de tri de Dijon-Longvic

Filed under: Confédération générale du travail, Côte d'Or, Dijon, Longvic — admin @ 5:00 am

Rassemblement des postiers devant le centre de tri.

4 novembre 2010. – Plus d’une centaine de postiers ont manifesté en début de soirée devant le centre de tri postal de -. Ce rassemblement a été entamé par le syndicat départemental de la en réponse de l’agression d’un secrétaire de section de ce centre. Il a évoqué une affaire qui dure déjà depuis et dont Wikinews a relaté les faits dans une édition précédente.

Le secrétaire départemental du syndicat a rappelé les circonstances de l’affaire et mis en garde que « lorsqu’un militant CGT est agressé, c’est toute la CGT qui est agressée. » Cette dernière agression, la plus grave de toutes, intervenait alors que la CGT était en négociation avec la direction du centre pour la mise en place de la future PIC[1]. Les faits se sont, en outre, déroulés au lendemain d’un rassemblement du personnel devant le centre la semaine dernière.

Autre vue de la manifestation.

Il a, par la même occasion, fustigé l’attitude de certains encadrants du centre, qualifiée de provocatrice. À la différence des autres fois, une audience a pu être convenue très rapidement avec le directeur régional du courrier. Elle aura lieu ce vendredi. En tout état de cause, le secrétaire départemental s’est montré ferme sur cette affaire. Les négociations sont rompues sur toutes les entités de La Poste du département voire de la région, y compris à l’enseigne[2] et aux chèques postaux.

Parmi les manifestations, des agents de l’enseigne, et des chèques postaux étaient présents. Une délégation de la fédération SUD-PTT s’est rendue sur place pour marquer sa solidarité et manifester, aussi, son indignation.

Radio-Bleue Bourgogne a, en outre, relaté dans l’après-midi, l’affaire en question.

Notes

Voir aussi

  • ((fr)) « France : l’agression d’un représentant CGT à La Poste suscite des interrogations ». Wikinews, 29 octobre 2010.
  • ((fr)) « Brèves : 28 octobre 2010 ». Wikinews, 28 octobre 2010.
  • ((fr)) « Brèves : 26 octobre 2010 ». Wikinews, 26 octobre 2010.

Sources

Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

France : manifestation des postiers après l\’agression d\’un militant CGT du centre de tri de Dijon-Longvic

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Rassemblement des postiers devant le centre de tri.

4 novembre 2010. – Plus d’une centaine de postiers ont manifesté en début de soirée devant le centre de tri postal de -. Ce rassemblement a été entamé par le syndicat départemental de la en réponse de l’agression d’un secrétaire de section de ce centre. Il a évoqué une affaire qui dure déjà depuis et dont Wikinews a relaté les faits dans une édition précédente.

Le secrétaire départemental du syndicat a rappelé les circonstances de l’affaire et mis en garde que « lorsqu’un militant CGT est agressé, c’est toute la CGT qui est agressée. » Cette dernière agression, la plus grave de toutes, intervenait alors que la CGT était en négociation avec la direction du centre pour la mise en place de la future PIC[1]. Les faits se sont, en outre, déroulés au lendemain d’un rassemblement du personnel devant le centre la semaine dernière.

Autre vue de la manifestation.

Il a, par la même occasion, fustigé l’attitude de certains encadrants du centre, qualifiée de provocatrice. À la différence des autres fois, une audience a pu être convenue très rapidement avec le directeur régional du courrier. Elle aura lieu ce vendredi. En tout état de cause, le secrétaire départemental s’est montré ferme sur cette affaire. Les négociations sont rompues sur toutes les entités de La Poste du département voire de la région, y compris à l’enseigne[2] et aux chèques postaux.

Parmi les manifestations, des agents de l’enseigne, et des chèques postaux étaient présents. Une délégation de la fédération SUD-PTT s’est rendue sur place pour marquer sa solidarité et manifester, aussi, son indignation.

Radio-Bleue Bourgogne a, en outre, relaté dans l’après-midi, l’affaire en question.

Notes

Voir aussi

  • ((fr)) « France : l’agression d’un représentant CGT à La Poste suscite des interrogations ». Wikinews, 29 octobre 2010.
  • ((fr)) « Brèves : 28 octobre 2010 ». Wikinews, 28 octobre 2010.
  • ((fr)) « Brèves : 26 octobre 2010 ». Wikinews, 26 octobre 2010.

Sources

Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

October 29, 2010

France : l\’agression d\’un représentant CGT à La Poste suscite des interrogations

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

29 octobre 2010. – Le secrétaire de la section du centre de tri postal de – a été victime de coups et blessures, mercredi, en début de soirée. Les faits se sont produits ce jour là, vers les 18 heures, alors qu’il se promenait comme à son habitude. Trois hommes cagoulés et armés de matraques ont surgi pour le rouer de coups. Par la suite, l’intéressé a été hospitalisé et s’en sort avec un œil tuméfié et un bras dans le plâtre. Cet incident serait, de source syndicale, en lien direct avec son activité de militant CGT. Ces faits interviennent au lendemain du rassemblement de plus de 80 postiers devant le centre venus protester contre les nouveaux horaires élaborés par la direction.

Une série d’agressions

Rassemblement du personnel la veille de l’agression.

Ce n’est pas la première fois que l’intéressé subit ce genre d’attaques. La première affaire remonte en février 2007 où, dans l’enceinte du centre, il avait été aspergé de gaz lacrymogène alors qu’il se rendait à son local syndical. Puis s’enchaînent les coups de téléphone anonymes, lettres de menaces par rapport à son activité syndicale, serrure de son vestiaire à son travail forcée.

Fin 2009, il subit alors une deuxième agression par trois individus. Il s’en est ensuivi trois jours d’arrêt de travail. Des plaintes ont alors été déposées au commissariat de police. Toutes seront, sans exception, classées sans suite par le Procureur de la République. Aucune enquête n’a été ordonnée par les magistrats successifs du Parquet ce qui a suscité l’indignation du personnel de nuit de . Cela a eu pour effet de laisser planer des soupçons quant aux auteurs et aux motifs de ces actes.

Après une accalmie, de près d’un an, les lettres anonymes reparaissent mais passent au niveau supérieur. Ce sont alors des menaces de mort qu’il reçoit. Elles interviennent au moment où les premières négociations entre syndicats et direction ont déjà commencées. Celles-ci portent sur la transformation du centre du tri en PIC[1]. Elles entraînent actuellement un bras de fer entre la , ultra-majoritaire dans l’établissement, et la direction. La principale pierre d’achoppement porte sur les nouveaux horaires, beaucoup plus contraignants et de surcroît beaucoup plus pénibles selon les personnels concernés. Ils touchent de plein fouet les personnels de nuit. Ceux-ci travaillent actuellement selon le système dit des « deux nuits sur quatre » de 20 h/6 h.

L’affaire s’envenime

Le même rassemblement du 26 octobre 2010.

Aussi, 80 postiers, principalement des brigades de soirée et de nuit, se sont rassemblés mardi après-midi pour manifester leur désapprobation face aux propositions de La Poste dont la plupart sont non négociables. Et c’est justement au lendemain de ce rassemblement que le secrétaire de section subit cette agression. La nouvelle a suscité une vive émotion parmi ses collègues, notamment ceux des brigades de nuit. Après avoir autorisé un premier colloque annonçant l’agression, la Poste a interdit, par la suite, toute nouvelle prise de parole de la part des représentants syndicaux.

Le lendemain, le syndicat départemental de la CGT PTT de a alors demandé, à la direction du centre, de rendre compte de l’affaire lors de la prise de service du personnel de nuit où travaille la victime. Il a sollicité, à l’occasion, la présence de son directeur lors de ce compte-rendu. Ce dernier leur a opposé une fin de non-recevoir. Selon les syndicalistes, l’intéressé aurait déclaré que les faits se sont déroulés en dehors de son centre et de la Poste. Il a dépêché sur place son responsable de production lequel leur a signifié l’interdiction toute prise de parole. Par la suite, il a enjoint le personnel présent lors de ce rassemblement de reprendre son service sous peine d’être porté d’office gréviste et de quitter les lieux. Cette intransigeance a indigné les agents de nuit puis a provoqué des échanges verbaux particulièrement vifs avec leur responsable. Une quarantaine – soit la quasi-totalité des agents de nuit – ont choisi d’ignorer l’injonction. Ils ont alors écouté le secrétaire départemental leur exposer la situation. L’encadrant chargé de la production a alors mis sa menace à exécution.

Par la suite, la CGT a donc annoncé la rupture de toutes négociations avec la direction concernant le projet de mise en place de la future PIC de . Les agents présents lors de ce colloque, couverts par un préavis de grève, ont quitté le centre en signe de protestation. De source syndicale, c’est la première fois, au centre qu’un directeur refuse de se rendre sur place à la suite de tels événements. C’est, de plus, l’incompréhension face à l’attitude de la direction, jugée « hostile » par la CGT et le personnel, qui s’ajoute au climat délétère qui y règne.

Notes

Sources

Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress