Wiki Actu Francophone

March 7, 2013

Bourse : un nouveau record pour le Dow Jones

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Après son record de la veille, le plus vieil indice boursier a clôturé hier sur un nouveau plus haut historique de 14 320,65 points (+0,30 %).

7 mars 2013. – En effet, le 6 mars 2013, le Dow Jones a terminé la séance en hausse de 0,30 % à 14 320,65 points, établissant un nouveau record historique, après celui du 5 mars dernier. A l’inverse, le NASDAQ recule de 1,77 points (-0,05 %) à 3 222,36 points.

Les opérateurs attendent désormais les réunions de la , de la Banque d’Angleterre et de la Banque du Japon. Le temps fort de la semaine devrait être la publication des chiffres mensuels de l’emploi aux États-Unis, vendredi.

Sur le marché des changes, l’ est passé sous la barre de 1,30 dollar en attendant la réunion de BCE ce jeudi et la conférence de presse de son président Mario Draghi.

Sources

Logo Wikinews

Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 7 mars 2013

Jour suivant avant

  • Page Économie et affaires de Wikinews Page « Économie et affaires » de Wikinews. L’actualité économique dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

November 9, 2012

UE : de nouveaux billets en euros progressivement introduits à partir de 2013

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher
Un billet de 5 euros de la série originale

Un billet de 5 euros de la série original

9 novembre 2012. – Pour la première fois depuis leur introduction en 2002, une nouvelle version des billets en euro va être lancée, a annoncé Mario Draghi, le président de la . La nouvelle série de billets sera diffusée aux 332 millions d’Européens résidant dans les dix-sept états membres à partir du mois de mai 2013. À compter de cette date, les nouveaux billets de 5 euros seront mis en circulation, puis les autres suivront dans l’ordre croissant.

Cette nouvelle série est baptisée « Europe » et présente pour la première fois un visage humain, celui de Europe, la princesse phénicienne qui, selon la mythologie grecque, fut enlevée par Zeus et donna son nom au continent. L’image en question a été prise sur un vase antique conservé au musée du Louvre à .

Nouveaux signes de sécurité

La nouvelle série, qui sera dévoilée le 10 janvier 2013, conserve le thème « Époques et styles architecturaux », dont le motif principal était des ponts et des fenêtres, symbolisant le caractère de l’ouverture et de la volonté de renforcer les liens entre les pays européens. La conception des billets a été légèrement modifiée afin d’y intégrer de nouveaux paramètres de sécurité.

Les nouveaux billets disposeront d’un nouvel hologramme dans lequel apparait Europe, ainsi qu’un nouveau filigrane, et un nombre brillant dont la couleur pourra passer du vert émeraude au bleu profond.

De plus, la seconde série de billets aura une plus grande longévité que la précédente : du fait d’un plus faible degré d’usure, il ne sera pas nécessaire de remplacer aussi souvent qu’actuellement, en particulier dans le cas des billets de 5 euros. Cela devrait contribuer à réduire l’impact environnemental des nouveaux billets.

Les anciens billets seront retirés

Pendant un moment, les deux séries coexisteront dans les portefeuilles des Européens, avant que leur date de retrait ne soit annoncée. Passé ce délai, ils pourront toujours être échangés dans les banques centrales nationales de la zone euro.

La Banque centrale européenne a également lancée une campagne d’information publique avec notamment un site internet où l’on peut consulter tous les détails de cette nouvelle série.

Sources

Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


  • Page Union européenne de Wikinews Page « Union européenne » de Wikinews. L’actualité de l’Union européenne dans le monde.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

April 30, 2011

Brèves : 21 mai 2011

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Logo des brèves de Wikinews-FR

Cet article groupe les brèves concernant des événements survenus le 21 mai 2011.
Actualiser la page Actualiser la page
← 30 avril 2011 Évènements de mai 2011
← 2010  2011  2012 →
1er → juin 2011
Lun. Mar. Mer. Jeu. Ven. Sam. Dim.
            1er
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Flag of Afghanistan.svg Afghanistan

Flag of Cote d'Ivoire.svg Côte d’Ivoire

Flag of Portugal.svg Portugal

À retenir aujourd’hui

Actualité sportive


Séismes

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

April 14, 2011

Allemagne : la prévision de croissance revue à la hausse pour 2011

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

La publication de ces chiffres est l’occasion de faire le point sur cette économie qui reste la première européenne.

14 avril 2011. – Le ministère de l’Économie a rendu public des chiffres relevant la prévision de croissance économique pour 2011 à 2,6 %, contre 2,3 % précédemment, et qui devrait progresser de 1,75 % en moyenne chaque année jusqu’à 2015. Jeudi dernier, les plus importants instituts de recherche économique allemands estimaient que l’économie allemande progressera de 2,8 % en 2011, révisant à la hausse leurs précédentes estimations du mois d’octobre à 2 %. Le gouvernement a précisé que le raffermissement de la consommation devrait soutenir l’expansion. En outre, maintient la perspective pour 2012 à + 1,8 % et la création de 600 000 emplois, rapporte Der Spiegel.

« La faiblesse quasi traditionnelle de la consommation intérieure allemande a été surmontée. La croissance de la consommation privée dépasse significativement celle des décennies précédentes », écrit le ministre de l’Économie Rainer Brüderle dans un communiqué. Fortement touché après la crise de 2009 par sa forte dépendance commerce extérieur, l’économie allemande a rebondi l’an dernier allant jusqu’à battre un nouveau record d’augmentation post-réunification en s’établissant à + 3,6 %. Contrairement aux prévisions initiales, la tendance se poursuit cette année. « La demande intérieure se renforce de plus en plus », a commenté lors d’une conférence de presse le ministre de l’Économie, se félicitant de ce que « cela rend notre économie plus résistante ». « Au vu de l’évolution des prix des matières premières, des catastrophes au Japon et de la crise de la dette pas encore surmontée en zone euro, cela va nous servir », a-t-il continué.

Et justement, les instituts de recherche économique estimaient également jeudi dernier que la hausse des cours du pétrole, les troubles dans le monde arabe et la crise budgétaire européenne représentent des menaces pour l’économie allemande. D’autre part, ils se tablent sur un taux d’intervention de la à 2 % d’ici la fin 2012 alors que celle-ci vient tout juste, jeudi dernier, de relever d’un quart de point ses taux directeurs, de 1 % à 1,25 %. Ils se montrent cependant plus optimistes pour le déficit public qu’ils évaluent en 2011 à 1,7 % du PIB[1] et pour 2012 à 0,9 %. L’an dernier, le déficit s’établissait à 3,3 %, soit tout juste supérieur au seuil de 3 % imposé par le Pacte européen.

Concernant le nombre de chômeurs, autre indicateur économique important, il tombera à 2,9 millions en 2011, puis 2,7 millions en 2012 selon les chiffres du gouvernement alors que les instituts tablent eux en moyenne sur 2,89 millions de chômeurs en Allemagne en 2011, soit un taux de chômage de 6,9 %, puis 2,71 millions en 2012, soit 6,5 % de la population active sans emploi. Quant au taux d’inflation, il devrait ressortir à + 2,4 % en 2011, puis ralentir à + 1,9 % l’an prochain toujours selon le gouvernement alors que les institutions anticipent en moyenne un taux d’inflation de 2,4 % en 2011 et de 2 % en 2012.

Signe de sa satisfaction, Rainer Brüderle a déclaré que le gouvernement allemand a besoin de recouvrer dès que possible les participations qu’il a prises dans des banques du pays pendant la crise financière car selon lui « s’il ne pleut plus, vous fermez votre parapluie ». L’Allemagne détient notamment une participation lui conférant 25 % des droits de vote dans Commerzbank et est devenu propriétaire à 100 % d’Hypo Real Estate mais détient également des participations dites « silencieuses », car elles n’accordent pas de droits de vote, toujours dans Commerzbank mais aussi Aareal Bank et WestLB.

Notes

Voir aussi

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Pages
  • Page Allemagne de Wikinews « Allemagne »
  • Page Économie et affaires de Wikinews « Économie et affaires »
  • de Wikinews.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

January 2, 2011

Allemagne : croissance record en 2010 depuis la réunification

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.
Aller à : Navigation, rechercher

Le port de Hambourg, plus grand port de commerce d’Allemagne et 3e d’Europe

2 janvier 2011. – D’après des déclarations du ministre de l’Économie, Rainer Brüderle, l’Allemagne aurait connu en 2010 une croissance record depuis la réunification en 1990, alors que l’hypothèse initialement retenue par le gouvernement était de 1,4 %, avant d’être revue en nette hausse en octobre dernier. En 2006, précédent record post-réunification, la croissance avait atteint 3,4 %.

« En dépit de la sévérité de l’hiver, nous pouvons supposer que nous aurons une croissance record en 2010 », a déclaré le ministre en évoquant la vague de froid et les fortes chutes de neige qui ont pénalisé l’activité économique en décembre. Le ministre n’a cependant pas confirmé les informations relayées par plusieurs médias allemands qui indiquent 3,4 % d’augmentation du PIB[1] pour l’année écoulée.

Cette année de reprise fait suite à la récession de 2009, où l’économie allemande s’était contractée de 4,7 % du fait de la crise mondiale. Le ministre a ajouté qu’il s’attendait à ce que cette tendance solide se poursuive en 2011 : « […] Nous avons toutes les raisons d’être optimistes pour 2011. Si nous retroussons nos manches, nous pourrons nous rapprocher du plein emploi », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le , autre indicateur économique important, s’est accéléré au mois de décembre de 1,7 % en rythme annuel, après une hausse de 1,5 % le mois précédent, pour un taux d’inflation annuel à 1,1 % selon les données préliminaires publiées mercredi dernier par l’Office fédéral des statistiques. D’un mois à l’autre, les prix à la consommation ont crû de 1,0 %, après 0,1 % en novembre, soit la plus forte hausse depuis décembre 2004. Quant à l’inflation dans le reste de l’Europe, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH[2]) a lui progressé de 1,2 % sur un mois en décembre et de 1,9 % sur un an, se rapprochant ainsi de l’objectif de la , qui vise une inflation proche de 2 % tout en restant inférieure à ce plafond.

La principale préoccupation du gouvernement et de ses voisins semble rester l’ qui à partir du début de l’année 2010, avec le déclenchement de la crise de la dette grecque, puis de la crise irlandaise, a fait entrer la zone euro dans une période de turbulence qui engendre de nombreux débats tant sur la gouvernance de la zone, que sur les politiques économiques à suivre, voire sur la pérennité de la zone elle-même. « L’Europe se trouve ces mois-ci au milieu d’une épreuve cruciale. Nous devons renforcer l’euro », qui est « la base de notre prospérité » a déclaré la chancelière lors de son discours de vœux télévisés rejoignant ainsi celui de .

Notes

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Pages
  • Page Allemagne de Wikinews « Allemagne »
  • Page Économie et affaires de Wikinews « Économie et affaires »
  • de Wikinews.

This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

December 22, 2010

France : les banques seraient « hors des clous » pour la facturation des découverts à leurs clients

Filed under: Banque, Banque centrale européenne, Euro, Île-de-France — admin @ 5:00 am

Sans commentaire.

22 décembre 2010. – Les françaises seraient, à proprement parler, « hors des clous » en matière de facturation des découverts à leur clientèle. C’est ce que révèle Le Canard enchaîné dans sa dernière édition. Ces frais constitueraient une manne providentielle de deux milliards d’euros par an pour les établissements de crédit. Non contentes de les frapper d’un taux de 14 à 15 %, les banques prélèvent des frais divers gonflant ainsi la facture à payer pour l’infortuné client.

Pourtant, la crise financière des CDS[1] avait amené la [2] à baisser le loyer de l’argent de 3,75 % à 1 % pour éviter aux établissements financiers de réduire les prêts aux entreprise et aux particuliers. Mieux, ceux-ci pouvaient emprunter au jour le jour sur les marchés financiers au taux de 0,5 % pour couvrir les découverts en banque. Or, cette baisse n’a pas été répercutés sur leur clientèle. Selon l’illustre volatile, avec un « taux moyen appliqué de 14,5 %, leur marge brute est donc de 14 %. Or la masse des découverts représente, en permanence, une dizaine de milliards. Résultats : un sympathique prélèvement pour les banquiers d’environ 1,4 milliard ».

Mais les banques n’en restent pas là. Elles facturent une kyrielle de frais divers sous formes de commissions, pénalités variant de 5 à 10 à chaque découvert, quel qu’en soit le montant. Et à l’hebdomadaire de citer l’exemple d’un client du Crédit agricole d’. Pour un banal découvert de 6 €, l’infortuné client était prélevé de 8 €. « Un peu plus tard, pour trois débits effectués le même jour et un compte dans le rouge de 26 €, le malheureux s’est vu taxé trois fois soit 24 €. » La facture s’est, en fin de compte, élevée à 510 euros que la banque lui a ponctionné « sans compter les classiques agios, au tarif amical de 14 % ». Ayant assigné sa banque en justice, il obtient gain de cause devant le tribunal d’instance d’Évry. Le juge a relevé que le taux appliqué se montait à 1 680 % dépassant largement le taux d’usure fixé à l’époque à… 19 %.

Contactée par le Canard, la Fédération bancaire française a refusé de lui répondre sur ce que « représentent, en volume, toutes ces commissions qui s’ajoutent aux intérêts. Elle n’en sait rien et conseil de s’adresse à chacun des établissements ». Ces derniers gardent un silence jaloux.

Notes

Source

  • ((fr)) – Hervé Martin« Un hold-up des banques à 2 milliard ». Le Canard Enchaînépage 4n° 470422 décembre 2010.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.

  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L’actualité française dans le monde.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the Creative Commons Attribution 2.5 licence. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

April 29, 2007

L’euro au plus fort

29 avril 2007. – La monnaie unique européenne, l’euro a en effet battu un record historique vendredi dernier en début d’après midi, un euro s’échangeait alors contre 1,3682 dollar US, il est depuis légèrement retombé à 1,3649 dollar. Au final, il a progressé de 3,5% depuis le début de l’année et de 16% par rapport à son taux du début de l’année 2006.

Pourquoi l’euro est-il aussi fort face au dollar?
M. José Manuel Barroso, président de la commission européenne estime qu’il s’agit du « signe d’une économie européenne robuste » et il a rajouté vendredi à la bourse de New York, « une monnaie forte est une bonne chose, c’est un signal de confiance dans l’économie européenne ».
La situation économique étasunienne y est aussi grandement responsable, puisque si l’euro est stable, c’est le dollar qui est au contraire plus faible. C’est l’annonce faite par le département du commerce des États-Unis d’une croissance de 1,3% pour ce premier trimestre 2007 alors que celle du dernier trimestre 2006 était de 2,5% qui a provoqué l’affaiblissement du dollar et par réaction le renforcement de l’euro.

Cette nouvelle ne serait pas si importante si les politiques français ne se l’étaient pas appropriés pour les élections présidentielles. En effet, d’après les deux candidats encore en lice, l’euro doit être réévalué et la banque centrale européenne doit être réformée. Pourquoi ces mesures? Parce que l’euro est accusé par les deux candidats d’être un frein pour l’économie et de creuser le déficit commercial record de la France (qui était de 29 milliards d’euros en 2006). Pour les économistes, la France pourrait même perdre 0,6 point de croissance sur l’année 2007, ce qui serrait très préjudiciable puisqu’une croissance de moins de 2% ne permet pas de créer des emplois alors que c’est justement 2% de croissance que la France a atteint en 2006.

Pour autant, d’autres pays de la zone euro se portent beaucoup mieux, l’Irlande a une croissance de 6% en 2006 (soit 0,5 point de plus qu’en 2005), celle de l’Espagne est passé de 3,3% en 2005 à 3,6% en 2006 et l’Allemagne qui est le plus important exportateur de la zone euro et qui devrait par conséquent être le pays le plus touché par cet euro « trop fort » a eut en 2006 une croissance de 2,2% et sa balance commerciale est de 167 milliards d’euros de bénéfices. De plus, l’Allemagne pense pouvoir rétablir tous ses indicateurs économiques dans le vert, la croissance intérieure bénéficiant de cette embellie pourrait augmenter fortement cette année d’où l’espoir que le chômage puisse fortement diminué (il était de 8,4% en 2006).
Mais pour cela, les Allemands ont dû réformer leur pays de manière draconienne au détriment de l’aspect social, les mesures les plus exemplaires ont été la hausse du temps de travail (en heures par semaine et en années de cotisation) et le gel des salaires.

L’économiste Marc Touati insiste et affirme que « Pour aider la croissance, mieux vaut faire des réformes que d’avoir un euro faible. Mais si l’on ne fait pas de réformes et que l’on a un euro fort, on se retrouve dans une position très difficile », et un banquier central de Francfort de rajouter « Ils n’ont qu’à faire des réformes pour rendre leur économie plus compétitive et plus résistante ! » en parlant des politiques français suites aux déclarations de ceux-ci sur l’euro.

Enfin, les économistes pensent que le taux de change d’ici 3 mois pourrait être de 1 euro pour 1,40 dollar, la montée de l’euro face au billet vert n’est pas prête de s’arrêter.

Sources

Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

November 23, 2006

France : Le Medef plaide pour un gouvernement économique de l\’Europe

23 novembre 2006. – Le président de la commission économie de l’organisation patronale française (le Medef) a déploré la faiblesse de la croissance européenne par rapport à la moyenne mondiale (+5% en 2006). Il a ainsi critiqué l’absence de stratégie commune entre les différents pays de l’Union Européenne qui ont simplement mis en place un système de gestion technique des questions monétaires, budgétaires et comptables. Pour résoudre ses problèmes structurels, l’Europe aurait besoin d’une politique économique unifiée cherchant à générer de la croissance et pas seulement à lutter contre l’inflation aujourd’hui “éradiquée”. À quelques mois de l’élection présidentielle, le Medef prendrait donc position pour la réforme des statuts de la BCE proposée par l’UMP et le PS.

Sources

Cet article est archivé et n’est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.
This text comes from Wikinews. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. For a complete list of contributors for this article, visit the corresponding history entry on Wikinews.

Powered by WordPress